[RESF] Faire connaître : Pour la libération immédiate d'Ibrahima


DESTINATAIRE : Son adresse courriel (email) (obligatoire!)
NB : il est possible d'indiquer plusieurs adresses séparées par des ; ou des ,
EXPEDITEUR : Votre adresse courriel (email) (obligatoire pour éviter les abus et permettre une réponse)
nom :
email :
NB : Nous ne conservons aucune trace de ces adresses!

Sujet (optionnel)

Votre commentaire (optionnel)

L'article (non modifiable)

P1466 - Pour la libération immédiate d'Ibrahima


cette pétition a recueilli 537 signatures
Vous pouvez vous aussi signer en ligne à l'adresse suivante:
spip.php?article26769
Ou bien, vous pouvez, si vous le préférez, envoyer un email à l'adresse
contact@resf.info
pour confirmer votre engagement sur le texte qui suit, ainsi qu'un message personnel de votre part, si vous le souhaitez.
 

Ibrahima doit rester en France pour pouvoir se marier avec sa compagne et continuer de participer à l’éducation des 4 enfants de celle-ci.

 
 
 

Arrivé en France en 2006, Ibrahima DIARRA, jeune ivoirien voit rejeter sa demande auprès de l’OFPRA comme réfugié politique en Octobre 2006.

 

Il s’insère néanmoins, trouve du travail et projette de se marier avec sa compagne, en situation régulière, dont il co-élève les quatre enfants depuis plus d’un an. : Fatoumata 4 ans, Mamadou 7 ans , Boubacar 9 ans et Oumou 18 ans.

 

Employé en CDI depuis Juillet 2009 dans une entreprise du Bâtiment, tout s’écroule le 17 décembre 2009, lorsqu’il se retrouve victime d’un accident du travail sur un chantier et arrêté par son médecin pour 1 mois. Dès le lendemain, son employeur l’informe qu’il n’a plus de « mission » pour lui et lui remet rapidement les documents de son solde de tout compte, sous motif de fin de CDD !!!. Ibrahima conteste cette rupture de contrat et demande à son employeur de déclarer son accident.

 

Celui-ci refuse et oblige donc Ibrahima à faire la déclaration lui-même auprès de la Sécurité Sociale, ce qui provoque une convocation de l’employeur courant mars.

 

Le 23 février, alors qu’Ibrahima est en entretien avec une organisation syndicale, son patron appelle sur son portable et lui donne rendez vous en bas de chez lui pour soi-disant aplanir les différends. Ibrahima se rend en toute confiance au Rdv... pour être cueilli par la PAF (Police de l’Air et des Frontières) et placé en centre de rétention au Mesnil-Amelot (77), où il se trouve encore à ce jour après confirmation de l’APRF (Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière) par le tribunal administratif de Melun.

 

Nous demandons la libération immédiate d’Ibrahima et sa régularisation, ainsi que le rétablissement de tous ses droits sociaux, y compris les droits à réparation.

 

Un Communiqué de presse a été élaboré avec la CIMADE – LDH 77 – CGT 77
Lire le communiqué de presse : http://www.educationsansfrontieres.org/article26785.html

 

RESF 77

 

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0