accueil RESF
DON au RESF
[RESF] Faire connaître : LENS : PETITION DE SOUTIEN A ALIMATA


DESTINATAIRE : Son adresse courriel (email) (obligatoire!)
NB : il est possible d'indiquer plusieurs adresses séparées par des ; ou des ,
EXPEDITEUR : Votre adresse courriel (email) (obligatoire pour éviter les abus et permettre une réponse)
nom :
email :
NB : Nous ne conservons aucune trace de ces adresses!

Sujet (optionnel)

Votre commentaire (optionnel)

L'article (non modifiable)

P1544 - LENS : PETITION DE SOUTIEN A ALIMATA


cette pétition a recueilli 422 signatures
Vous pouvez vous aussi signer en ligne à l'adresse suivante:
spip.php?article28645
Ou bien, vous pouvez, si vous le préférez, envoyer un email à l'adresse
contact@resf.info
pour confirmer votre engagement sur le texte qui suit, ainsi qu'un message personnel de votre part, si vous le souhaitez.

Pétition papier à renvoyer à RESF Arras/Lens s/c FSU , Maison des Sociétés, Rue A. Briand, 62000 ARRAS.

PETITION DE SOUTIEN A ALIMATA

 

 

Alimata est née au Burkina Faso. Elle est arrivée en France, à Lens, en janvier 2008, à la suite de son mariage avec un jeune Lensois rencontré en 2003 et qui lui a rendu visite de nombreuses fois pendant ces quatre années. Cependant, une fois en France, son mariage a tourné au cauchemar. Victime de violences, elle a porté plainte. Le divorce a ensuite été prononcé mais il ne s’agit pas d’un divorce pour faute, Alimata ayant été insuffisamment conseillée. La Préfecture du Pas-de-Calais lui a donc délivré une OQTF (obligation à quitter le territoire) en juillet 2009, estimant qu’Alimata devait retourner au Burkina ! Cela n’est pas acceptable !

Non seulement Alimata doit rester en France pour pouvoir être suivie psychologiquement afin de surmonter le traumatisme qu’elle a subi, mais sa vie est ici parce qu’elle a, malgré tout, par sa gentillesse et sa parfaite maîtrise du français, réussi à nouer des liens . Elle est ainsi engagée dans une association humanitaire. Alimata a également repris des études (le DAEU dans un premier temps) à l’université de Lens.

Pour toutes ces raisons, nous, signataires, demandons à Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais de bien vouloir reconsidérer la situation d’Alimata et de lui octroyer un titre de séjour Vie Privée Vie Familiale.

 

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0