[RESF] Faire connaître : La famille Mahmuti doit pouvoir demander l'asile dans le pays de son choix : la France.


DESTINATAIRE : Son adresse courriel (email) (obligatoire!)
NB : il est possible d'indiquer plusieurs adresses séparées par des ; ou des ,
EXPEDITEUR : Votre adresse courriel (email) (obligatoire pour éviter les abus et permettre une réponse)
nom :
email :
NB : Nous ne conservons aucune trace de ces adresses!

Sujet (optionnel)

Votre commentaire (optionnel)

L'article (non modifiable)

pétition

P1949 - La famille Mahmuti doit pouvoir demander l’asile dans le pays de son choix : la France.


cette pétition a recueilli 852 signatures
Vous pouvez vous aussi signer en ligne à l'adresse suivante:
spip.php?article36955
Ou bien, vous pouvez, si vous le préférez, envoyer un email à l'adresse
contact@resf.info
pour confirmer votre engagement sur le texte qui suit, ainsi qu'un message personnel de votre part, si vous le souhaitez.

Monsieur le Préfet de l’Ain,

 

 

M. et Mme Mahmuti et leurs quatre enfants ont choisi de venir en France en novembre 2010 pour y demander l’asile, mais vous refusez d’examiner cette demande et vous voulez les renvoyer vers un pays d’Europe où Madame Mahmuti a été contrôlée : la Hongrie.

 

Le règlement dit « Dublin II » vous y autorise, mais ne vous l’impose pas. Il a été institué pour éviter les demandes d’asile multiples dans plusieurs pays européens, mais la famille Mahmuti n’a demandé l’asile qu’en France et n’a jamais eu l’intention de le faire en Hongrie ni ailleurs.

 

Les renvoyer en Hongrie, c’est en fait les condamner à l’expulsion vers le pays qu’ils ont fui : le Kosovo, sans examiner les raisons pour lesquelles ils l’ont fait.

 

Cette famille installée depuis plus de six mois à Hauteville a commencé à y reconstruire sa vie, en scolarisant deux de ses enfants. Le fils aîné, handicapé, a besoin d’examens médicaux approfondis pour préparer une intervention chirurgicale. Mais les voila enfermés au Centre de Rétention de Lyon Saint Exupéry, avec leur toute petite fille de dix mois.

 

Nous vous demandons, Monsieur le Préfet, de ne pas procéder à leur « réadmission » vers la Hongrie, mais de faire en sorte que leur demande d’asile soit examinée en France, où pendant ce temps leur fils pourra bénéficier des examens médicaux que nécessite une pathologie potentiellement grave.

 

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0