accueil RESF
DON au RESF
[RESF] Faire connaître : Plutôt que l'expulsion …. La famille MULIQI aurait dû avoir soutien et protection !


DESTINATAIRE : Son adresse courriel (email) (obligatoire!)
NB : il est possible d'indiquer plusieurs adresses séparées par des ; ou des ,
EXPEDITEUR : Votre adresse courriel (email) (obligatoire pour éviter les abus et permettre une réponse)
nom :
email :
NB : Nous ne conservons aucune trace de ces adresses!

Sujet (optionnel)

Votre commentaire (optionnel)

L'article (non modifiable)

P289 - Plutôt que l’expulsion …. La famille MULIQI aurait dû avoir soutien et protection!


cette pétition a recueilli 316 signatures
Vous pouvez vous aussi signer en ligne à l'adresse suivante:
spip.php?article8559
Ou bien, vous pouvez, si vous le préférez, envoyer un email à l'adresse
contact@resf.info
pour confirmer votre engagement sur le texte qui suit, ainsi qu'un message personnel de votre part, si vous le souhaitez.
 En 1998-99, les parents MULIQI sont des enfants de 16/17 ans qui se trouvent plongés dans la guerre et les affrontements qui se déroulent dans leur pays de naissance, le KOSOVO.
 Coupés du reste de leurs familles, ils vont subir ces événements.
Pour M MULIQI la situation est encore pire. Son père travaillait dans la police serbe. Ce père « disparaît » dès 98 aux débuts des affrontements entre milices serbes et milices kosovares. M Muliqi n’est en rien responsable des « choix » de son père. Mais ce sont ces choix là qu’on veut lui faire payer. « On a tué ton père et tu vas subir le même sort » lui dit-on dans son village en 1999 au retour d’un premier exil au Monténégro. Il est sauvagement agressé et tabassé dans les jours qui suivent ces avertissements.
Il fuit de nouveau au Monténégro pour sauver sa peau. C’est là qu’il rencontre sa femme, elle aussi isolée, et ils se marient en 2001 à 19ans.
Au Monténégro, on leur fait rapidement savoir qu’ils ne peuvent conserver leur travail et que « leur place de kosovars est au Kosovo ».
C’est donc pour demander asile et protection qu’ils arrivent en France, à Orléans, en avril 2002.
Leur histoire, leur jeunesse, leur détermination à construire un avenir face aux situations hostiles auraient dû naturellement recevoir une réponse favorable.
Ils apprennent rapidement le Français qu’ils parlent bien aujourd’hui. 3 enfants naissent à Orléans : Laurent en 2003 puis Albiona et Albion en 2006. L’aîné est scolarisé dès 3 ans à l’école maternelle René Thinat à Orléans. Lui et ses parents sont très estimés dans l’école.
Mais, sans examen sérieux et humain de leur dossier et de leur situation, la Préfecture du Loiret s’acharne sur eux. C’est en février 2007 une première tentative d’expulsion de la famille avec une mise en rétention des enfants pendant plusieurs jours. Puis les 21 et 22 août 2007 l’expulsion vers le Kosovo en moins de 48h.
Les conditions de cette expulsion sont scandaleuses : les enfants étant malades et les parents subissant mensonges et chantages.
Aujourd’hui, leur situation est dramatique au Kosovo : pas d’ami et relation mais de l’hostilité à leur égard, pas de logement, pas d’argent car pas de travail, pas de papiers (aucune « autorité » ne veut les reconnaître) , les enfants toujours malades et l’hiver qui arrive.
Va t-on attendre qu’un drame arrive ?
L’avenir des enfants et des parents MULIQI est ici.

Nous, soussignés :
Affirmons notre soutien à la famille MULIQI
Exigeons leur retour en France et leur régularisation.


Merci de signer la pétition en complétant le formulaire ci-dessous !

Pour avoir davantage d’informations, consultez le blog du comité de soutien qui s’est monté sur l’école de Laurent "pour le soutien, le retour en France et la régularisation de la famille Muliqi" : http://muliqi.hautetfort.com

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0