accueil RESF
DON au RESF

L'Humanité : Aller simple pour l'Équateur

Accueil > RESF > LA VIE DU RÉSEAU ...
Contact

L'Humanité: Aller simple pour l'Équateur

 

Article paru dans l’édition du 3 août 2006.

Sans-papiers . En France depuis 2000, avec son épouse Rosa, Emiliano Gomez doit être reconduit à la frontière au plus tard le 11 août.

Ses trois filles sont restées dans le sud de l’Équateur. L’une d’entre elles poursuit ses études à Guayaquil, des études financées par l’argent que lui envoie son père, quarante-six ans, en travaillant au noir sur un chantier. Problème : son employeur lui doit aujourd’hui trois mois de salaire. En mars 2006, il entame donc une procédure aux prud’hommes. « Ce n’est malheureusement pas un cas isolé », dénonce Camille Desert, de la CIMADE.

À la suite d’un contrôle d’identité dans le métro, en avril, Emiliano est placé en rétention. « Il sera relâché en échange de son passeport, et d’une invitation à quitter le territoire dans les quinze jours », explique Camille Desert.
À sa sortie, son avocat de l’époque ne fait aucun recours au tribunal administratif, si bien qu’il est de nouveau convoqué par la police. Comment expliquer cette absence de recours ?
Delphine Nakache, membre du Réseau Éducation sans frontières dans le 12e arrondissement, dénonce la cupidité et la malhonnêteté d’« un avocat qui exploite la détresse des pauvres », en « tentant d’extorquer des sommes astronomiques à ses clients ». « Même s’il y avait eu un recours, cela n’aurait pas garanti la régularisation d’Emilio », tempère son nouveau conseil, Me Bernardine Tyl-Gaillard.

Le résultat est là : depuis le 27 avril, Emiliano est recherché par les renseignements généraux du bureau 12 de la préfecture de Paris.
Sa femme et lui sont venus en France pour permettre à Rosa, atteinte d’une grave maladie, d’être correctement soignée. « Elle est très malade, et a besoin d’un suivi médical. Il n’est pas sûr qu’il puisse lui être dispensé en Équateur », détaille Camille Desert.
Emiliano non plus n’est pas en parfaite santé. Les conditions inhumaines du travail au noir et l’angoisse de la traque dont il est l’objet n’ont rien arrangé. Aussi souffre-t-il aujourd’hui de multiples traumatismes. Une expertise déterminera si oui ou non son dossier médical lui impose de rester en France. Aux dernières nouvelles, c’est l’état de santé de Rosa qui est le plus préoccupant. Victime de « décompression psychologique », selon Delphine Nakache, elle viendrait juste d’être hospitalisée en urgence.

Sandrine Issartel

jeudi 3 août 2006.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF / LA VIE DU RÉSEAU
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0