accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 14-Calvados
Contact
Medias - Ouest-France - Ouest France

(Caen) : Turc sans-papiers arrêté, club de lutte mobilisé

 

Interpellé mardi, Faruk Guzel, 33 ans, a été placé en centre de rétention. L'Union sportive des cheminots de Caen ne veut pas perdre son sportif.

19 h 30, jeudi. À l'heure de l'entraînement, la salle du complexe sportif de la Grâce-de-Dieu se remplit. Pratiquants de lutte, parents, membres de l'Union sportive des cheminots de Caen (USCC), bénévoles d'associations de défense des droits de l'homme et du collectif des sans-papiers, élus... sont mobilisés.

« Je n'ai pas dormi depuis deux jours », soupire Jean-Marie Grignon, président de la section lutte de l'USCC. Depuis mardi, ce bénévole du club agit pour défendre Faruk Guzel. Ce jour-là, ce ressortissant turc de 33 ans, installé à Caen avec sa compagne et son fils de 3 ans, a été interpellé sur un chantier dans la région caennaise. Faruk Guzel est sans papiers. À l'issue de sa garde à vue, il a été transféré au centre de rétention de Oissel, à côté de Rouen.

Ce réfugié est licencié au club de lutte depuis deux ans et demi. « Je l'ai invité à se déclarer, explique Jean-Marie Grignon. Il n'a pas pu avoir la demande d'asile. J'ai fait en sorte que cet universitaire qui a effectué un cursus dans le domaine sportif obtienne une équivalence brevet d'État de formateur en lutte. La commission a pris du retard, mais elle lui a accordé le 8 janvier. » Problème : Faruk Guzel était sommé de quitter le territoire français depuis la fin novembre.

Le ressortissant turc a fait appel. Mais à tout moment, le préfet peut faire accélérer la procédure d'appel et ordonner son expulsion. « Faruk a un potentiel énorme : il a été cinq fois champion de Turquie de lutte. Il s'est investi énormément au sein du club de l'USCC, notamment auprès des jeunes. Il a combattu l'an dernier, en ayant de bons résultats. Son rôle est majeur au sein d'un club cosmopolite, proche de la communauté franco-turque caennaise. » Jean-Marie Grignon a du mal à cacher son émotion. « Sportivement et humainement, c'est un gâchis. Il a tout fait pour s'intégrer. Et à aucun moment de la procédure, il ne va pouvoir être entendu. » Une manifestation de contestation est prévue devant la préfecture, ce vendredi midi.

Nathalie HAMON.

vendredi 15 février 2008.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles