accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 86-Vienne ...
Contact

La Nouvelle République (Vienne) : Un étudiant gabonais arrêté la veille de ses examens

 

Franck Effoné, un étudiant d'origine gabonaise âgé de 26 ans, s'apprêtait à passer ses examens pour sa troisième année de droit quand il a été interpellé.

Son arrestation par les policiers s'est produite, lundi, lors d'un contrôle d'identité. « Nous étions en voiture, rue de la Marne, lundi, vers 18 h Les policiers sont arrivés », raconte un étudiant qui se trouvait avec lui. « Nous étions dans une voiture immatriculée en Allemagne. Ils ont voulu faire des vérifications. Après, ce n'était plus la voiture qui posait problème, c'était sa situation. »

Franck a été placé en garde à vue, lundi soir. Il y était toujours, hier matin, alors qu'il devait passer ses examens.
« Il avait raté sa deuxième année de licence. Il avait obtenu un titre de séjour étudiant pour l'année 2006-2007. Il n'avait pas obtenu sa reconduction. Il a raté une année d'études et là il se retrouve avec une obligation de quitter le territoire français depuis le 13 juin, ses deux recours ont été rejetés. Il était arrivé en France en 2004, il bénéficiait d'une bourse du gouvernement gabonais », explique un membre de Réseau éducation sans frontières.

Un rassemblement a été organisé, hier, en fin de journée, devant le commissariat de police. Parmi les présents, des amis étudiants qui sont aussi allés alerter la présidence de l'université sur la situation de cet étudiant. La députée Catherine Coutelle a appelé la préfecture pour s'étonner de cette arrestation. « Le préfet lui a dit qu'il ne pouvait revenir sur sa décision. Il parle d'une interpellation dans la nuit, sur la rocade. »

Une version contestée par ses amis qui attendent de savoir ce qu'il va advenir de Franck qui est en rétention administrative depuis hier, 18 h. « Au mieux, il est libéré mercredi matin, au pire c'est l'expulsion. Les avions pour le Gabon, c'est le mercredi et le vendredi. On attend de savoir. C'était la stupéfaction sur le campus quand ils ont appris la nouvelle. »
 Les réactions des internautes
Le 18/06/2008 par Coco
  Franck est mon ami et mon partenaire à l’ASPTT POITIERS. Il savait que cela pouvait se passer comme ça du jour au lendemain. Je suis triste pour lui. Il me manquera. C’est un type bien. Il ne mérite pas cela. Y en a marre de ce pays qui se trompe de personne... Francky, garde la pêche...

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=86&num=847212
mercredi 18 juin 2008.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles