accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 26-Drôme > Actualité
Contact

Montélimar : enfin une régularisation en cours !

 
Famille KARAPETYAN : OQTF : 20 novembre 2007 - Cartes de séjour de 3 mois au titre du travail salarié délivrées le 17 juillet 2008 !
8 MOIS DE SOLIDARITE ET D’ACTIONS
Résultats :
-    une possibilité de régularisation avec une carte de séjour d’un an délivré sur présentation de bulletins de salaire des CDI demandés à Armen et Karine Karapétyan par les services de la préfecture.
-    et la possibilité de retrouver, à Montélimar, le collège Europa pour Alexandre et l’école de Grangeneuve pour Gévorg
Un logement, avec leur nom sur la porte, ce n’était pas facile, mais c’est aussi à Montélimar !

Pour en arriver là, il a fallu :
- la volonté inébranlable – même si elle a été souvent mise à mal – de Karine et d’Armen, de s’intégrer dans notre pays, d’y travailler à tout prix, de maintenir leurs enfants à l’école en toutes circonstances – et elles furent parfois très dures à vivre.
- des manifestations dans la rue, l’accompagnement massif au tribunal pour le recours contre l’OQTF. Et faire face ensemble aux périodes de découragement et de désespoir.
- la mobilisation dans tous les domaines de la (sur)vie quotidienne et des démarches administratives, judiciaires, de leur groupe de parrainage mais aussi de dizaines de personnes prêtes à donner un coup de main de jour (comme de nuit !) pour les hébergements (6 lieux différents en 8 mois), l’aide financière, à la permanence de la scolarisation, l’aide aux déplacement, au suivi médical… et pour finir à la recherche d’un CDI pour Karine !

Et, enfin, un peu plus de souplesse et d’humanité de la part des services préfectoraux pour sortir positivement de l’impasse administrative dans laquelle était enfermée la famille Karapétyan.
Gageons que l’élan de solidarité qui a entouré Karine, Armen et leurs 3 enfants n’est pas pour rien dans cette évolution.

Enfin soyons conscients qu’il faudra rester vigilant pour la famille Karapétyan !
Et que la situation de beaucoup d’autres familles va nous demander, dans les jours, les semaines et les mois à venir encore beaucoup d’énergie !


L’expérience montre, pour cette famille, comme pour beaucoup d’autres en France, que la mobilisation – de la simple pétition à l’hébergement clandestin - dépasse souvent de nombreux clivages.
Il faut souligner l’importance de la proximité de l’information – par les parrains, ou les militants associatifs - sur le cortège de situations intolérables imposées à ces familles, voir même le constat personnel de ces situations.
Ainsi ces « sans papiers » sortent de l’anonymat du problème de société médiatisé en négatif et deviennent des personnes réelles, avec leurs difficultés de vivre au jour le jour, avec des angoisses très concrètes, avec des rires, des larmes, avec leur volonté et leurs espoirs exprimés comme tout le monde peut le faire. Alors l’engagement, même modeste – mais jamais inutile – se manifeste souvent.
C’est ainsi que des réseaux de solidarités très larges peuvent se mettre en place et se développer.

jeudi 28 août 2008.

Faire connaître cet article

Partager  
À L'AGENDA
mercredi 23 / 04
agenda météo iCal
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles