accueil RESF
DON au RESF

Marseille : Liberté pour Cahit GEZGINCI ! Expulsé le 4 septembre

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 13-Bouches du Rhône > Actualités
Contact

Marseille : Liberté pour Cahit GEZGINCI! Expulsé le 4 septembre

 

Jeudi 4 septembre :
Cahit Gezginci a été expulsé vers la Turquie ce matin. Il avait décidé de ne pas s’opposer à son expulsion.
Fatigués, lui et sa femme, de cette situation, il espère qu’il pourra sortir de l’aéroport d’arrivée sans ennuis et demandera ensuite un visa long séjour.
La bataille de solidarité continuera afin qu’il obtienne bien ce visa qui pourrait lui permette de revenir dans quelques semaines ou mois.

Arrêté en juin 2008, jugé et emprisonné pour refus d’embarquement, M GEZGINCI est de nouveau au centre de rétention du Canet à Marseille : il ne doit pas être expulsé ! Kurde, marié à une française, sa vie est en France et non en Turquie où l’état veut qu’il aille chercher un visa mais où il est en danger.

Faxez, mailez auprès de la préfecture des Bouches du Rhône pour sortir Cahit de ce cercle infernal !

Voir historique M GEZGINCI


Monsieur Cahit GEZGINCI, est kurde, de ce fait il craint pour sa liberté et sa sécurité s'il est expulsé en Turquie. La loi anti-terroriste d'août 2006 en Turquie permet tout et de plus il est considéré comme membre du PKK par les autorités turques, donc « terroriste ».

En France depuis 8 ans, vivant avec une Française depuis Juin 2006, marié avec celle-ci depuis le 28 Juin 2007.

En effet M.Gezginci a déposé le 3 juillet 2007 une demande de titre de séjour comme conjoint de Français auprès de la préfecture des Bouches du Rhône qui l'a rejeté le 25 janvier 2008.

Ayant été débouté du droit d'asile, les preuves (traces de torture dans le dos) : « ne présentant pas de garanties d'authenticité suffisantes ». M. Gezginci, qui est kurde, se trouve dans l'impossibilité de retourner dans son pays, du fait des risques qu'il encoure, pour aller y chercher le visa de long séjour imposé par la loi depuis juillet 2006.

En début août il a déposé une demande de réexamen, ayant obtenu un élément nouveau, devant la commission des recours de l’OFPRA qui l’inscrira qu’en octobre pour le convoquer quelques mois après.

Le fait qu’il ait demandé l’asile politique, fait qu’il est passible de 12 années de prison en Turquie !

Bien que marié à une française, ayant un travail, chargé d’enfants, parlant le français, et étant là depuis des années… rien n'y fait, pas de titre de séjour malgré ses demandes. Cahit GEZGINCI en est à son 6e refus ! Il a fait pour l’un d’entre eux plusieurs mois de prison.

Une pétition a été mise sur le site http://www.amoureuxauban.net/ des amoureux au ban public qui fait campagne pour le droit des couples mixtes à vivre en famille.

Cahit GESGINCI a de gros problèmes de santé qui se sont amplifiés depuis, vendredi 29 aout jour de son 6e refus d’embarquer pour la Turquie (dos bloqué, une hernie inguinale, difficultés pour marcher et un état nerveux qui inquiète sa famille) conséquences de son refus d’embarquement il a été frappé et jeté à terre par les policiers.

Il a été mis dans la même chambre que Yakup DURUKAN ayant fait leur refus d’embarquer dans le même avion. C’est Cahit qui a prévenu RESF que son compagnon d’infortune était certainement expulsé.

Malgré ses demandes de le montrer à un médecin, il lui était répondu : « pas avant lundi matin car pendant le week-end il n’y a pas d’infirmière ni de médecin » ! La privation de liberté pour ne pas avoir de papiers en règle est déjà contraire aux droits fondamentaux mais en plus la privation du droit à la santé relève de la non assistance à personne en danger.

Heureusement il a été emmené dimanche soir à l’hôpital Nord où le médecin a fait rentrer l’hernie dans la paroi abdominale. Mardi il s’est plaint à nouveau qu’il avait mal et qu’elle était ressortie. Il a vu un médecin de Médecin du Monde présent au CRA qui n’a pas jugé son état suffisamment grave pour demander une hospitalisation. Si la hernie sort et qu’elle « s’étrangle » là son cas deviendrait très grave et urgent. Il faudrait l’opérer.

Il est inscrit sur le tableau du CRA pour le jeudi 4 septembre RESF appele déjà à une mobilisation pour empêcher cette expulsion..

Pour lui comme beaucoup de kurde, le retour vers la Turquie veut dire : garde à vue dans un commissariat où violences et traitements dégradants peuvent durer plusieurs jours, puis la prison « F », équivalente à nos quartiers de haute sécurité, réservée aux Kurdes soupçonnés d’appartenir au PKK. Comme il n’a pas fait son service militaire après quelques temps de prison il risque d’aller au front iraquo-turc se battre contre ses frères.

L’expulsion vers la Turquie c’est aussi une famille brisée, car sa femme et les enfants de celle-ci se retrouveront séparés et sans soutien.

Comme tant d'autres, M. Gezginci et sa femme font les frais d'une loi sans cesse plus restrictive et d'une politique absurde de course au chiffre. Tout cela au prix de la séparation d'un couple, d'une famille, au mépris du respect d'un droit fondamental, celui de vivre en famille.

Nous demandons la libération et la régularisation immédiate de M. Cahit Gezginci.

Interpellez la préfecture des Bouches du Rhône :
Préfet Michel SAPPIN michel.sappin@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr
Cabinet du Préfet cabinet@bouches-du-rhone.pref.gouv.fr
Secrétariat Général : Tel 04 91 15 64 90 / Fax : 04 91 15 62 10
Standard préfecture : Tel 04 91 15 60 00 - Fax 04 91 15 60 70


mercredi 3 septembre 2008.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 13-Bouches du Rhône / Actualités
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0