accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 67-Bas Rhin > La vie du RESF67 > Année 2006
Contact
Enfants scolarisés menacés d’expulsion

AFFAIRE NON CLASSEE

Communiqué de presse du RESF 67
 

La prfecture du Bas-Rhin a fait connatre hier le chiffre des familles rgularises dans le cadre de la circulaire du 13 juin 2006. En dpit de cette annonce, il est ce jour encore assez difficile pour RESF 67 d’tablir un bilan dtaill, puisque les chiffres annoncs par la Prfecture ont prcd les envois des notifications de nombreuses familles.

C’est donc sans surprise mais avec regret que le Rseau Education Sans Frontires 67 constate que les chiffres bas-rhinois se situent peu de chose prs dans la fourchette annonce cet t par le Ministre de l’Intrieur (20 %) alors mme que l’ensemble des dossiers n’avaient pas t dposs.

C’est bien d’une occasion manque qu’il s’agit. En dpit de l’espoir immense suscit chez les familles au dbut de l’t, c’est donc une lecture politique qui aura prvalu et aura t impose aux agents de l’Etat dans les dpartements . Les quotas dfinis par le Ministre de l’Intrieur ont t appliqus en dpit des situations particulires.

Nous attirons l’attention de tous sur le fait que l’aide au retour (objectif premier de la circulaire Sarkozy) a t largement ignore par les familles dont (1 aide accepte dans le Bas-Rhin, aucune dans le Haut-Rhin).

La signification de ces refus est claire : la vie de ces familles, leurs attaches sont dsormais en France et pour la plupart intgres. Cela ne devrait pas tre ignor et aurait mrit plus d’attention de la part des services de l’Etat. Les raisons de la venue en France de ces familles ne sont pas conomiques mais rpondent des problmatiques humaines plus fortes que n’importe quelle "incitation financire". Pour beaucoup, souvent inexpulsables de fait, leur scurit et celle de leurs enfants n’a pas de prix.

Il apparat galement que plusieurs refus n’ont pas pris en compte certains lments relatifs l’intgration des familles, notamment dans le cadre scolaire et associatif. Des dcisions parfois surprenantes ont t notifies. Des recours gracieux et contentieux seront ports par les familles et les associations.

Un certain nombre de familles ont t rgularises, RESF s’en flicite et estime que cela prouve que son action est lgitime et efficace. Mais dans de trs nombreux autres cas, l’absence de rgularisation fait que le problme se pose aprs cette rentre avec autant d’acuit qu’avant la circulaire de juin. De nombreux jeunes ont fait leur rentre scolaire dans la crainte : les enjeux relatifs au droulement normal de la scolarit, du droit l’ducation, du dveloppement personnel de l’enfant ou du jeune adulte, de la parentalit... restent inchangs.

Les parents d’lves, les enseignants, les membres des associations de soutien aux trangers qui constituent le rseau RESF n’accepteront pas que des lves soient arrachs des tablissements scolaires. Leur formation, leur dveloppement d’enfant et d’adolescents, leur intgration dans la communaut ducative sont des droits inalinables inscrits dans de nombreuses conventions internationales que la France se doit d’honorer.

En consquence, le RESF 67 appelle les communauts ducatives des tablissements concerns (enseignants, parents d’lves...) manifester trs rapidement leur solidarit auprs des familles et des jeunes afin d’viter les expulsions annonces des "recals de l’t" et de permettre ces jeunes de suivre une scolarit normale et sereine comme celle de tous les lves de France.

Contacts :

Laurent Fritz : 0682565725
Eric Schultz : 0606670111
Vronique Werver : 0606673535

mercredi 13 septembre 2006.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles