accueil RESF
DON au RESF

Qu'est-ce qu'un "parrainage" républicain ?

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 01-Ain > Parrainages

pour répondre rapidement à une question fréquente

Qu'est-ce qu'un "parrainage" républicain ?

à quoi je m'engage en parrainant un enfant scolarisé sans papiers

 

On nous demande souvent ce que signifie "parrainage républicain", à quoi sert cette cérémonie, quels engagements prennent les marraines et parrains...

 

 

            On parle de « parrainage républicain », sur le modèle du baptême républicain.  Ce moyen est utilisé depuis quelques années par les différents RESF (réseau éducation sans frontières) partout en France. Il s’agit de placer ces enfants  -et avec eux leurs parents- sous la protection d’adultes  désireux de les aider de diverses manières.

            Bien que le certificat de parrainage délivré n’ait pas de valeur légale, la cérémonie en elle-même est protectrice. De manière solennelle et symbolique, elle se déroule dans une mairie, et c’est le maire qui la préside. Ainsi, des élus et des citoyens marquent leur attachement aux valeurs de la République et montrent à ces enfants, à leurs parents, au public présent et aux médias que la France reste une terre d’asile. 

 

            Dans l’Ain, nous essayons de trouver à chaque enfant ou jeune deux parrains ou marraines, l’un  étant un élu ou un responsable associatif, ou une « personnalité » locale ou départementale, l’autre une personne plus anonyme, mais plus disponible, et de proximité.

            La notoriété des parrains-marraines du premier type a pour effet d’ officialiser et de rendre plus médiatique le parrainage. Les autorités ne peuvent pas ne pas en tenir compte. Elles savent qu’une tentative d’expulsion, loin de  passer  inaperçue, provoquera une mobilisation. Des régularisations ont été obtenues par ce moyen.

 

            Les parrains-marraines vont aider l’enfant et sa famille dans ses démarches en vue d’obtenir une régularisation. Il faut par exemple préparer des dossiers, rédiger des courriers, interroger la préfecture, faire intervenir ses relations, se mettre en contact avec l’avocat, accompagner la famille au tribunal administratif, et dans le pire des cas leur rendre visite au centre de rétention, avec l’aide de RESF et d’autres associations, bien sûr.

            Comme il y a en général plusieurs enfants parrainés par famille, un petit groupe d’entraide se crée, qui peut prendre en charge d’autres problèmes ; relations avec les services sociaux, avec l’école, avec un employeur éventuel, avec les associations du type Croix-rouge ou Restaus du cœur, avec la mairie, avec le foyer qui les héberge. Il peut s’agir aussi d’aider les parents à se déplacer, les enfants à faire leurs devoirs. Cependant, le parrainage ne constitue pas un engagement à prendre en charge la famille financièrement et socialement. Le parrain ou la marraine facilite les démarches, mais ne remplace pas l’assistante sociale  ou les associations humanitaires.

 

            Il ne faut pas donner au mot « parrainage » le sens qu’il peut prendre dans d’autres contextes, en particulier religieux. La marraine ou le parrain républicain ne s’engagent en aucune manière à remplacer les parents en cas d’absence ou de défaillance, encore moins à  « adopter » l’enfant ou à faire son éducation morale. Il faut se méfier d’un surinvestissement affectif toujours possible. Les parrains-marraines ne peuvent pas faire de miracle, ni changer les lois. On doit garder présent à l’esprit le caractère précaire, provisoire, de la situation faite aux famille de sans papiers et s’attendre à des échecs ou des déceptions.

            La règle est que chacun s’engage dans la mesure de ses moyens. Se déclarer parrain ou marraine, signer un certificat en mairie, se tenir au courant de la situation, donner ses coordonnées pour être prévenu en cas de besoin constituent déjà un engagement fort.

 

            Enfin, chacun apprécie librement et à sa manière les limites de son engagement, et l’engagement écrit que l’on signe (voir pièce jointe) ne va pas jusqu’ à promettre de cacher l’enfant s’il est menacé d’arrestation et d’expulsion. Mais c’est bien le réseau qui s’est constitué autour de la famille qui a éventuellement la capacité d’aller jusque là.

mardi 7 octobre 2008.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 01-Ain / Parrainages
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0