accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 69-Rhône > Centre de rétention
Contact

mercredi 26/11 à 12h : conférence de presse devant le CRA de Lyon en soutien à Carlos.

 

 

Carlos Cubillos, de nationalité colombienne, ne doit pas être expulsé.

Il est père ou beau père de cinq enfants;
 
Mercredi 26/11, conférence de presse à 12h devant le CRA de Lyon
Présence de vant le CRA dès 11h.
 
Angela, la compagne de Carlos, est venue voir son compagnon en rétention avec ses enfants aujourd'hui mardi 25 novembre à Lyon.
Elle tiendra avec RESF une conférence de presse devant le centre de rétention à midi le mercredi 26 novembre.
Madame Cubillos demande la libération de son compagnon. Nous vous remerçions de votre présence.

Monsieur Cubillos vit en concubinage depuis 2 ans et demi, avec Ange la, de nationalité espagnole qui vit donc en France en parfaite légalité !
Ils ont eu deux enfants ensemble, légalement reconnus par leur père.


Le 17 novembre à 9h30, lors d’un contrôle routier, Carlos a été arrêté dans le Puy de Dôme où il réside depuis septembre 2008.
Il est en rétention à Lyon depuis.
La préfecture du Puy-De-Dome lui a notifié un arrêté de reconduite à la frontière, qui a été confirmé par le Tribunal Administratif. Il peut donc être expulsé très vite en Colombie.20En Colombie ! alors qu'il vit en Espagne, régulièrement depuis des années !

Il laisserait en France ses deux enfants Carla (16 mois) et Nahuel (4 mois), les deux filles de son amie Angela (Magali,207 ans et Ana Maria, 3 ans) enfants avec lesquels il habite et dont il s’occupe.
Il laisserait aussi sa fille Jessica, 6 ans (d’une précédente union). Jessica habite avec sa mère en Espagne mais rejoint son père lors des vacances scolaires.


Magali et Ana Maria sont scolarisées respectivement en CE1 et en Maternelle à l’école de Dore l’Eglise (63).

La mère de Carlos est  en cours de régularisation, sa soeur a un titre de séjour en Espagne, sa tante et son oncle sont reconnus réfugiés en Espagne.

Seule sa grand-mère de plus de 80 ans vit toujours en Colombie malgré des menaces rég ulières.

Mr Hortefeux a semble-t-il besoin qu'on l'aide à ne pas expulser.
Mr hortefeux a semble-t-il de la peine à assumer publiquement sa politique du chiffre ; c'est donc qu'elle n'est pas possible !

En moins d’une semaine M. Hortefeux a dû renoncer par trois fois à des mesures inhumaines. Ce n’est pas l’effet de sa conscience mais de la mobilisation : contact de RESF avec Atik Rahmani ;  communiqués dénonçant les infamies  envoyées à la presse mais aussi aux 30 000 inscrits sur la liste de diffusion
resf.info@rezo.net.


- lundi 17/11, Il a  dû déclarer forfait  dans sa participation au charter prévu de longue date pour ramener plusieurs dizaines de réfugiés Afghan vers leur pacifique pays.
- mardi 18/11, il annonçait régulariser Victorine, Camerounaise que ses services entendaient priver de titre de sA 9jour suite au décès de son enfant Français.
- samedi 22/11 au soir Fatoumata,  Malienne que M. Hortefeux projetait d’expulser en abandonnant en France sa petite fille de 5 ans dont elle est la seule à s’occuper, a été libérée.
En France depuis 2003, mère d’une fillette née en France, cette jeune femme avait déposé plusieurs demandes de rég ularisations toutes rejetées. Elle travaille pourtant, a un logement, cotise, déclare ses revenus, a un compte-chèques. Sa fille, Sira est scolarisée.

Dans le même temps, quand  la pression est insuffisante ou trop tardive, des horreurs sont exécutées : samedi 22/11 au matin, une famille Kosovare, les parents et les quatre enfants (10 ans, 8 ans, 4 ans et 16 mois) ont été expulsés. Ils ont été chargés dans le fourgon cellulaire volant privé du ministère et expulsés sous les yeux de leurs amis et soutiens regroupés au bord de la piste d’Hendaye.
Mais, à l’inverse quand l’opinion se cabre, les préfets ou le ministre sont contraints d’en rabattre, précipitamment.
A Lyon, dimanche soir Youcif, jeune majeur ar rêté samedi a été libéré grâce à l’intervention de multiples personnes.

Aidons Monsieur  Hortefeux à connaître les conséquences humaines des décisions que sa politique fait prendre aux préfectures !

Contact sur ce dossier   C. Tourier  06 81 51 81 44 ou M. Peloux 06 31 11 24 29
mercredi 26 novembre 2008.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles