accueil RESF
DON au RESF

Le Pays (Belfort) : RESF Un réseau qui oscille entre l'ombre et la lumière

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...

Le Pays (Belfort) : RESF Un réseau qui oscille entre l’ombre et la lumière

 

Le 27/12/08 à 06:51 - Karine Frelin

Outre les manifestations ponctuelles, le réseau RESF 90 travaille dans l’ombre quand les familles le demandent. Archives Marie-Lise Perrin

Le Réseau Éducation sans frontières du Territoire de Belfort a tenu il y a quelques jours son assemblée générale. Où le sens de la mobilisation a été précisé.

Depuis deux ans et demi, le Réseau Éducation sans frontières (RESF) du Territoire de Belfort fait tantôt parler de lui, et tantôt donne l’impression de se mettre en sommeil. Ce qui est loin d’être le cas. Lors de son assemblée générale, à l’école Rücklin, avant les fêtes, le nombre de cas locaux égrenés n’a pas fléchi.

S’appuyer sur la Ligue des droits de l’homme

En décembre, trois régularisations de familles ont été enregistrées, ce qui n’était pas arrivé depuis juin. L’important était aussi de définir le sens de la mobilisation : comme son nom l’indique, RESF est un réseau, fédérant des associations, des élus, des enseignants… Mais il s’appuie, pour les procédures, en majorité sur la Ligue des droits de l’homme. « Le réseau s’active quand on a besoin de lui », souligne Philippe Péquignot, membre de RESF 90, qui s’occupe de la partie administrative et juridique. La Ligue s’occupe de tous les réfugiés, le réseau ne prend en compte que les familles avec des enfants. L’autre raison des apparitions parfois furtives, depuis quelques mois, de RESF sur la scène publique, c’est qu’il est « tributaire de la population qu’il reçoit, explique Philippe Péquignot. Certaines familles ne veulent pas que nous intervenions publiquement. Si elles souhaitent un parrainage, on le fait, mais on veut que les gens soient acteurs de leur combat ». L’assemblée générale, outre évoquer les cas actuels ou passés, et notamment l’expulsion de la famille Picuasi, installée à Essert, vers l’Équateur, a permis de clarifier l’action. « On est vraiment homogène, désormais », constate Philippe Péquignot, qui a également remarqué que « la création du réseau a donné de l’humanité aux échanges avec les demandeurs d’asile ». Sans doute parce que dans les menaces d’expulsion, l’enfant est placé au centre de la douleur.

samedi 27 décembre 2008.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
  • Ce média mentionne... :
    RESF
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0