accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 39-Jura ...
Contact
 RESF - Logo RESF avec texte "resf" 48x67 pixels

Témoignage de Samira Mamedov

 

Samira Mamedov : «Mon rêve devenir une Française à part entière»

À souvans, l’affaire Mamedov mobilise de plus en plus de monde et de plus en plus de médias s’y intéressent.

Samira, l’épouse de Musvic, retenu dans un centre de rétention, a accepté de répondre à nos questions, c’est la première fois que Samira s’exprimait devant un représentant de la presse écrite.

Musvic, Samira et leur fille Narguiz ont fui l’Azerbaïdjan en 2005, quand Musvic, opposant au régime politique, a commencé à se sentir menacé dans son pays.

Depuis 2005, ils ont vécu à Dole, puis à Souvans où leur intégration s’est effectuée sans aucun problème. Depuis la mi-décembre, Musvic est dans un centre de rétention pour avoir quitté le territoire national.

Pourquoi Musvic est-il parti en Allemagne ?

«Nous n’avions plus d’argent, nous ne voulions pas toujours solliciter nos amis français, il est parti en Allemagne car un ami pouvait nous dépanner et nous aurions pu payer la taxe d’habitation qui s’élève à 336 euros.»

Comment vont les enfants ?

«Narguiz est malade, elle prend des médicaments contre le stress. La petite, Zarha, souffre de troubles digestifs et régulièrement d’infections pulmonaires.»

Comment analysez-vous votre situation actuelle ?

«Je vis un cauchemar, nous avons quitté l’Azerbaïdjan, pour un monde meilleur, nous n’avons rien fait, nous voulons seulement travailler et nous intégrer au pays des droits de l’Homme.»

Vous avez des contacts avec Musvic, comment est-il ?

«Il est stressé, il s’inquiète beaucoup et il s’ennuie de ses enfants. Il a du mal à réaliser, il a été très choqué d’avoir été arrêté alors qu’il n’avait rien fait. Et dans le même temps, le fait que l’ambassade d’Azerbaïdjan ne lui a pas délivré de laissez-passer pour être renvoyé, c’est un soulagement pour l’instant.»

Qu’attendez-vous de la décision du tribunal de Douai, lundi ?

«D’avoir quelque chose de positif et d’obtenir le doit de rester en France, notre souhait ensuite c’est d’obtenir la nationalité française.»

Quel avenir pour vous en France ?

«Musvic a déjà des promesses d’emploi et moi je souhaite passer mon permis et ensuite travailler, pourquoi pas dans l’enseignement.»

Le Progrès, 28 décembre 2008.

 

INTERPELLEZ LES PRÉFETS du Haut-Rhin & du Jura

SIGNEZ LA PÉTITION

dimanche 28 décembre 2008.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW