accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 13-Bouches du Rhône > Actualités
Contact

Marseille : Laissez grandir ici les enfants San ! Leur père a été expulsé le 30 janvier

 

M San a été expulsé vers l’Italie ce vendredi 30 janvier, il est actuellement à Rome. Ses soutiens essaient de lui trouver des contacts.


La lutte continue, un goûter de soutien à la famille SAN est organisé à l’école des Abeilles (14, rue Flegier, 13001) vendredi 29 janvier à partir de 17H30.

Communiqué du comité de soutien de la famille San

La famille San va être privée de son père. Quatre enfants de 3, 8, 10 et 13 ans, et leur maman vont se retrouver seuls.

Cette famille kurde a quitté la Turquie, où la minorité kurde subit des persécutions, et s'est installée à Marseille après avoir transité par l'Italie.

Cette famille est installée à Marseille depuis septembre 2008 et, malgré des conditions matérielles difficiles, elle a créé des liens et s'est engagée sur la voie d'une intégration volontaire. Les enfants font preuve d'une volonté et d'un désir d'apprendre qui forcent le respect.

Une délégation reçue à la préfecture mercredi 28 janvier a demandé une régularisation de toute la famille à titre humanitaire. Elle a présenté deux promesses d'embauche, une pour chacun des parents, des pétitions (1500 signatures en quelques jours) ainsi que nombre d'attestations de soutien émanant des enseignants, des parents d'élèves, de la FCPE, de voisins, d'amis.

La délégation a mis en avant la forte volonté d'intégration de tous les membres de la famille et le besoin de sécurité pour ces enfants, qui après quelques mois en France, à l'école de la République, ont enfin connu un peu de calme, de stabilité, oubliant peu à peu les horreurs dont ils ont été victimes (les parents et enfants ont été poursuivis, harcelés, tabassés, la maman a perdu l'enfant qu'elle portait).

La préfecture n'a rien voulu savoir, se réfugiant derrière les accords de Dublin II (qui oblige les demandeurs d’asile à faire leurs démarches dans le 1er pays de l'espace Schengen dans lequel il rentre), arguant que la famille n'était sur le territoire que depuis quelques mois et pouvait donc recommencer sa vie en Italie, si leur demande d'asile aboutissait là-bas. Dans les jours qui viennent, ce père de famille va donc être expulsé vers l'Italie.

Nous ne comprenons pas qu'on s'acharne à déraciner encore ces enfants. Quelques mois ne sont peut-être pas beaucoup dans la vie d'un adulte, mais pour un enfant, quelques mois passés à se reconstruire dans la confiance et le respect, ne devraient en aucun cas être anéantis par un nouveau départ.

Pourquoi ne pas permettre à ces enfants de continuer une vie sereine avec leur famille, leurs copains, leurs amis ? C’est un droit.

 

jeudi 29 janvier 2009.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW