accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 13-Bouches du Rhône > Actualités
Contact

Marseille : Nous étions nombreux à dire non aux centres de rétention

 
Malgré un gros déploiement policier, un rassemblement important (800 personnes), dont une forte délégation  du Collectif Sans papiers 13 a eu lieu devant le Centre de rétention du Canet à Marseille le samedi 7 février, s'inscrivant dans la journée nationale d'action contre l'enfermement des étrangers pour la seule raison qu'ils n'ont pas les papiers qu'il faut.
 
 
Les personnes rassemblées ont manifesté avec dynamisme , cohésion et une grande détermination durant plusieurs heures en espérant être entendu des prisonniers du Centre.
Le rassemblement a commencé par quatre interventions ponctués de slogans partant de la foule « So so so solidatié avec les sans papiers » « Régularisation de tous les sans papiers »: La Présidente de la Fédération 13 de la LDH a rappelé sont attachement à la Déclaration universelle desdroits de l'Homme dont presque tous les articles sont bafoués par les politiques d'immigration française et européenne ; un sans papier du CSP 13 a expliqué les raisons pour lesquelles les immigrants choisissaient la France et étaient à la fois déçus et révoltés par les conditions qui leur étaient faites; le délégué régional de la Cimade a exprimé son opposition aux entraves à la liberté de circulation et a dénoncé les raisons gouvernementales visant à retirer à la CIMADE son rôle de conseil juridique aux détenus et d'information de l'opinion sur les conditions d'enfermement dans les centres de rétention, le RESF a parlé de sa lutte contre les arrestations de sans-papiers et a insisté sur la campagne que développe actuellement le Réseau sur les Jeunes majeurs menacés d'expulsion à 18 ans.
 
Des témoignages émouvants d'anciens détenus sur les raisons de leur venue en France et la manière dont ils ont été arrêtés, emprisonnés au Centre du Canet et quelquefois expulsés ont illustré notre colère.
 
Deux battucadas et un musicien ont ponctué les interventions.
 
Les noms de détenus sans-papiers retenus au Canet, soutenus par RESF, certains libérés et d'autres expulsés, ont été inscrits en blanc sur des ballons noirs envoyés vers le centre pendant que leur nom et leur situation étaient énumérés, le dernier nom cité étant celui d'un jeune turc qui est mort dans cette prison.
 
A la nuit, à la lueur de flambeaux et pendant qu'une soupe était distribuée, des projections de courts métrages militants ont eu lieu.
 
Le rassemblement s'est terminé sur une intervention du « Crieur de la honte » dénonçant ce qui se passe aujourd'hui et rappelant qu'il criera toutes les mauvaises nouvelles tous les premiers mercredis du mois dans l'espace public.
 

dimanche 8 février 2009.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW