accueil RESF
DON au RESF

Angers : appel à fax/mail pour libérer Ammar Amedjar

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 49-Maine et Loire
Contact

Angers: appel à fax/mail pour libérer Ammar Amedjar

 

Nouvelle information: Ammar Amedjar a recu une APRF (arrêté prefectoral de reconduite à la frontière) qu'il a pu contester.
 
Il est convoqué lundi matin 16 février à 10h au Tribunal Administratif de Nantes.


Un nouvel arrêté de reconduite à la frontière lui est notifié. Le 17
février, le Tribunal Administratif de Nantes confirme l’APRF : Jugeant
que les filles seraient trop petites pour souffrir de cette séparation
( !!! ) et que Rahma peut très bien aller vivre au Maroc  ! Elle qui a
passé toute sa vie ici et se considérait comme une Française à part
entière, vient de se voir brutalement signifier qu’elle reste oh
combien une étrangère ! Si elle veut garder son époux, elle n’a qu’à
partir !



Moralement, c’est toute une famille qu’on tente d’expulser, niant d’un
coup les 26 ans que Rahma a passé dans un pays qu’elle croyait le
sien, la France et où elle a toute sa famille, niant aux deux petites
filles le droit de vivre avec leur papa !



Il reste maintenant peu de jours pour éviter cela.
 
Vous pouvez manifester votre soutien à Ammar  auprès de la prefecture de Maine -et-loire.(attention à rester courtois,pour éviter d'éventuelles poursuites , fréquentes en ce moment)
 
Numéros tel: 02 41 81 81 81
                    02 41 81 80 20
 
Fax: 02 41 88 04 63
Mails:  marc.cabane@maine-et-loire.pref.gouv.fr
           cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr
     

Modèle de lettre:
 
Nous venons d'apprendre l'arrestation d'un papa alors qu'il sortait de l'école,Aldo Ferrarro,à Angers, où il venait de déposer sa petite fille.
 
Ammar M. est marocain,marié avec une jeune femme d'origine marocaine qui réside en France depuis qu'elle a 1 an,et qui possède une carte de résident.
 Ils se sont mariés en 2005 au Maroc. Après le mariage, elle rentre en France,où vit toute sa famille ,pour rechercher un emploi,afin de pouvoir faire une demande de regroupement familial.  Déchirée,entre la France où est sa vie depuis toujours et le Maroc où se trouve son mari, elle fait des aller-retours au moins 2 fois par an pour pouvoir le voir. 

 

En mars 2008, lassé d'attendre ce regroupement familial, Ammar entre en France avec un visa ;lorsque celui-ci expire,il décide de rester près de sa femme et de ses deux filles.

En juin 2008, à quelques jours de la naissance de leur seconde fille,la police l'interpelle à son domicile,l'emmène en garde à vue puis en rétention à Rennes. Arrivé à l'aéroport,il refuse de monter à bord.

Il est remis en garde à vue et passe en comparution immédiate à Rennes. Il est libéré mais condamné à un mois de prison pour refus d'embarquement.

Il retourne chez lui;quelques jours après la police revient à son domicile vers 8 h du matin en lui demandant de les suivre pour des formalités administratives à la préfecture.

Hésitant,il accepte pourtant et se retrouve à nouveau en garde à vue. L'après midi même,il est emmené à l'avion et craignant une nouvelle condamnation,il embarque pour Casablanca.

Après 2 mois passés loin de sa femme et de ses 2 petites filles ,il décide en septembre de revenir clandestinement en France.

 

Et voilà que le 6 février,à la veille des vacances scolaires(!),il est arrêté ,à pieds,à moins de 100 m de l'école où il vient,comme chaque matin, de déposer sa petite fille. Un policier vient ensuite prévenir sa femme qu'il est emmené à la maison d'arrêt d'Angers pour purger sa peine.

La petite Maria ne comprend pas pourquoi son papa n'est pas venu la chercher. La femme d'Ammar ne peut plus poursuivre ses démarches professionnelles et Ammar risque de se voir délivrer un arrêté de reconduite à la frontière...

Il sortirait de prison pour être reconduit au Maroc alors que sa femme et ses filles sont en France où elles ont passé toute leur vie.

Monsieur le Ministre de l'Education s'était engagé,il y a peu, à ce qu'il n'y ait plus d'arrestation près des écoles..Cet engagement ne concernerait-il pas le Maine-et-loire?

Nous demandons la régularisation de ce papa,afin qu'il puisse ,après avoir purgé sa peine d'un mois,retourner vivre auprès de sa famille .
Nous, simples citoyens de la République ou personnes de la société
civile, élus, syndicalistes, …, demandons qu’Ammar ne soit plus jamais
séparé de sa famille et qu’il soit régularisé. M. le Préfet de Maine,
le pouvoir d’appréciation qui vous est conféré et des conditions
réunies autour de cette famille vous le permettent !

Pour RESF 49,

Katia Beudin 06 81 54 96 34

 

samedi 14 février 2009.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 49-Maine et Loire
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0