accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF > LA VIE DU RÉSEAU > Jeunes majeurs -> > Portraits de jeunes majeurs
Contact

Campagne jeunes majeurs
"Jeunesse sans papiers , jeunesse volée, la loi doit changer "
1er mai - Priscila, orpheline, confiée à 17 ans à l’ASE

 

Pour illustrer la campagne "Jeunes majeurs" qui commence ce 1er mai jusqu’à la journée de mobilisation du 13 mai (Appel), chaque jour a été publié le portrait d’une situation de jeune en danger et/ou expulsé.

1er mai - Priscila

Après l’assassinat de ses parents en Angola, Priscila DOMINGOS est arrivée en HOLLANDE . déposée là par un compatriote. Elle a vécu, plusieurs années dans ce pays, sans y trouver sa place, et un triste jour, on lui a coupé les vivres, ce qui l’a contrainte à cesser sa scolarité. En septembre 2007, elle arrive à Amiens où elle est prise en charge par le Conseil Général de la Somme (en tant que mineure d’abord, dans le cadre de l’Aide Sociale à L’Enfance, puis, depuis le 1er novembre 2008, en tant que Jeune Majeure). Scolarisée au Lycée professionnel Romain Rolland à Amiens, Priscila prépare un BEP de Secrétariat qu’elle doit passer au terme de la présente année scolaire.

Priscila a aujourd'hui un petit cercle d'amis et elle commence enfin à établir, avec les adultes (enseignants, éducateurs…) qui l'entourent et l’accompagnent, une relation de confiance qu'il serait cruel et dommageable de rompre.

Priscilla a 19 ans, et à sa demande de titre de séjour, le préfet de la Somme a opposé un refus et une obligation de quitter le territoire. Pas de chance pour Priscila, il lui manque un an de prise en charge par l’ASE pour avoir droit à un titre. Trop vieille d’un an à son arrivée !

Un retour forcé en HOLLANDE, d’où elle serait vraisemblablement très vite expulsée vers l’Angola, pays où elle n’a plus de famille, serait pour elle un énième déracinement et un traumatisme profond.

Priscila doit pouvoir rester en France pour poursuivre son enracinement et son parcours de qualification professionnelle. Le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 23 octobre 1987, stipule que le refus de scolariser un jeune qui n’est plus soumis à l’obligation scolaire, doit être motivé. Quels motifs le préfet de la Somme a-t-il pour forcer Priscila à interrompre scolarité et formation ?

Pour elle comme pour tous les autres jeunes majeurs sans papiers, la loi doit changer.

Contact : Resf Somme : 06 31 91 08 07

Pétition à signer en ligne

 

vendredi 1er mai 2009.

Faire connaître cet article

Partager  
À L'AGENDA
mercredi 30 / 04
agenda météo iCal
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW