accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF > LA VIE DU RÉSEAU > Jeunes majeurs -> > Portraits de jeunes majeurs
Contact

Campagne jeunes majeurs (1er au 13 mai)
"Jeunesse sans papiers , jeunesse volée, la loi doit changer "
3 mai - CAP raté, pas de papiers ! HASSAN, expulsé !

 

Pour illustrer la campagne "Jeunes majeurs" qui commence ce 1er mai jusqu’à la journée de mobilisation du 13 mai (Appel), chaque jour a été publié le portrait d’une situation de jeune en danger et/ou expulsé.

3 mai - CAP raté, pas de papiers!  HASSAN, expulsé!


Hassan, expulsé le 10 mars 2009, appelle au secours depuis le Maroc.

Six ans de scolarité et de formation professionnelle en France, ce n’est pas assez ? Rester aux côtés d’un père qui a travaillé pour la France depuis 1974 et aujourd’hui invalide, ça n’est rien ?

Son frère aîné a suivi le même parcours, il est en situation régulière. Mais pas Hassan, EXPULSÉ !

Hassan a rejoint son père et son frère en France en juin 2003 à l’âge de 15 ans, il n’a depuis lors aucune nouvelle de sa mère. Aucune attache donc au Maroc, si ce n’est un grand-père octogénaire, malade et très pauvre. En France, son père, immigré depuis 1974, est progressivement devenu invalide à 80%.

Pour des raisons familiales, Hassan a été confié à l’Aide sociale à l’enfance (ASE) du Gard très peu de temps après son arrivée. De 2003 à juillet 2007, il a suivi des études, générales d’abord, puis professionnelles. A partir de l’âge de 18 ans, Hassan a obtenu quatre autorisations provisoires de séjour (APS) d’une durée de six mois pour mener à bien ses études. Mais jamais la préfecture n’a consenti à lui donner une véritable carte de séjour. Sans doute pour pouvoir plus facilement l’expulser au moindre incident de parcours. Cet incident est intervenu en juillet 2007 sous la forme d’un échec aux épreuves théoriques du CAP de mécanique. A la place d’un titre ou du renouvellement de son APS, il a reçu une obligation à quitter le territoire français (OQTF) en novembre 2007, mesure d’expulsion validée par le tribunal administratif de Montpellier en mars 2008.

La suite est d’une consternante banalité. Bien que Hassan ait trouvé une nouvelle formation pour tenter d’obtenir le CAP raté, la préfecture de l’Hérault n’a rien voulu savoir en dépit de soutiens de la CIMADE et de RESF.

Contrôlé le 10 mars 2009 dans la rue, il est placé au centre de rétention, d’où il est expulsé par bateau de Sète vers Tanger le soir même, sans aucun égard pour ses six ans de séjour en France, pour les études qu’il y a menées, pour la présence sur place de la seule famille qu’il connaisse.».

Hassan erre aujourd’hui dans les rues pleines de jeunes chômeurs de sa ville natale d’Oujda, où ses compatriotes le considèrent comme un étranger.

A Montpellier, son père supporte mal la perte d’Hassan. Il venait de trouver après des années d’hébergement précaire, un logement pour y vivre enfin avec ses deux fils.

L’histoire d’Hassan est aussi celle de nombre de jeunes marocains dans cette région du sud de la France. Les pères ont travaillé, leurs fils sont expulsés.

Hassan doit revenir et obtenir enfin un titre de séjour Vie privée et familiale.

Pour lui, comme pour tous les autres jeunes sans papiers, la loi doit changer.

Contact : resf 34 : 06 84 59 63 05

Articles et Pétitions :
P1123 - HASSAN, expulsé le 10 mars 2009, appelle au secours depuis le Maroc ; il doit pouvoir revenir

dimanche 3 mai 2009.

Faire connaître cet article

Partager  
À L'AGENDA
mercredi 30 / 04
agenda météo iCal
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW