accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 19-Corrèze > Actualités
Contact
Medias - La Montagne

(Tulle) : Arrivé en France à 15 dans une voiture, ils demandent l’asile politique

 
En provenance de la Hongrie, cette famille de roms kosovars de 7 adultes dont une femme au 7e mois de grossesse et 8 enfants se dirigeaient vers Toulouse.

Dragan Pérovic

 

«Depuis leur arrivée nous avons pu constater que c'est une famille qui a énormément souffert à cause des discriminations raciales subies dans leur pays d'origine et nous nous sommes aperçus de leur ampleur à la vue des différentes marques de torture couvrant leur peau ». Une centaine d'habitants de la Pièce Verdier, un quartier populaire tulliste a signé une pétition en faveur d'une famille de 15 Roms kosovars, installée provisoirement dans un logement social et menacée d'expulsion. De plus, depuis jeudi 9 juillet et le passage des policiers, venus annoncer à la famille son renvoi vers la Hongrie, fixé pour mercredi 15 juillet, les voisins se mobilisent pour alerter les élus et les associations sur la situation de ces réfugiés. Cette mobilisation a l'air de marcher au moins sur un point, car il semblerait que depuis vendredi 10 juillet, on s'orienterait plutôt vers une expulsion vers la Serbie, selon le souhait des Kosovars.

 

Les membres de la famille Tatari-Krasnici ont été arrêtés il y trois semaines en Corrèze par les gendarmes. En provenance de la Hongrie, Ils étaient entassés à 15 (7 adultes dont une jeune femme enceinte de 7 mois et 8 enfants) dans une voiture dont les sièges arrières ont été enlevés, et se dirigeaient vers Toulouse. Ils avaient quitté la Hongrie après avoir obtenu une réponse défavorable à leur demande d'asile politique, suite à un séjour d'environ 5 mois dans le camp de réfugiés de Debrecen.

 

Les membres de cette famille dont personne ne veut sont originaires du Kosovo. Ils affirment avoir été torturés, puis, chassés en 2001 de cette province indépendante par les Albanais qui les soupçonnaient d'avoir aidé les Serbes durant la guerre du Kosovo en 1999. Réfugiés à Belgrade, en Serbie, en pleine crise, ils continuaient à être victimes de discriminations et de pressions. En début de cette année, ils ont décidé de payer un passeur pour les faire venir illégalement en France. Mais, celui-ci les a lâchés à la frontière hongroise.

 

Actuellement à Tulle, ils sont pris en charge par le dispositif d'accueil d'urgence de l'association Le Roc. « Il s'agit d'une situation géopolitique et humaine unique » souligne Corinne Di Battista, assistante sociale du Roc qui assure l'accompagnement de la famille. « Autour d'eux, dans le quartier de la Pièce Verdier, au niveau humain, il se passe de jolies choses. Il y a une véritable volonté collective de les aider. Pour la famille c'est un peu une dernière chance » ajoute-t-elle.

 

Les Kosovars souhaitent renouveler leur demande d'asile politique en France, mais cette demande a très peu de chance d'aboutir, après le « non » hongrois. Au pire des cas, s'ils sont expulsés, ils réclament d'être renvoyés vers la Serbie et non vers la Hongrie, car ils craignent d'être emprisonnés pour ne pas avoir respecté la décision des autorités hongroises.

A lire aussi...

mardi 14 juillet 2009.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles