accueil RESF
DON au RESF

Paris-Normandie : Sans papiers expulsables

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - Paris-Normandie

Sans papiers expulsables

 

MAROMME. Une famille arménienne, déboutée deux fois du droit d'asile, est ménacée d'expulsion. Un comité de soutien manifeste aujourd'hui à Rouen.

 

Les Karapetian, une famille arménienne sans papiers, n'ont qu'une certitude aujourd'hui. Logés dans un apparment de l'association France Terre d'asile, ils ne seront pas mis à la porte. La trève hivernale des expulsions locatives les met à l'abri jusqu'en mars prochain. Mais après, ce sera une autre affaire.
Cette courte période, la famille, aidée par Réseau d'éducation sans frontières 76 (RESF), va la mettre à profit pour améliorer, voire régulariser sa situation. Deux fois déboutés du droit d'asile, ces réfugiés arméniens sont frappés d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Le père, la mère, deux filles majeures sont expulsables à tout moment. La troisième fille, mineure, scolarisée au lycée professionnel de Petit-Quevilly, échappe à la menace.
En date du 25 novembre dernier, la famille a reçu notification de la préfecture d'une nouvelle OQTF : « Que nous allons pouvoir cette fois contester, avec notre avocat, auprès du tribunal administratif », insiste Alain Bernard, membre de Réseau éducation sans frontières, rappelant l'épisode précédent d'un imbroglio administratif. « Le 13 octobre, la famille s'est présentée à la préfecture pour faire une demande de titre de séjour. Elle leur a été refusée au motif qu'elle faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire depuis le 4 août. Sauf que ces OQTE, les Karapetian, pour une raison inexpliquée, ne les ont jamais reçues et n'ont pas pu les contester en justice dans le délai légal d'un mois ».

Avec peu de moyens
Cet après-midi, le comité de soutien à la famille Karapetian et RESF Rouen appellent à un rassemblement devant la préfecture à Rouen. Ils demanderont, appuyés par le député PS de la circonscription Christophe Bouillon, à être reçus pour remettre une pétition de huit cent signatures et demander l'annulation des obligations de quitter le territoire.
Arrivée en France en 2007, intégrée, la famille très impliquée dans le bénévolat (le père à l'Armée du salut de Maromme, les deux filles aînées chez Artisans du monde à Rouen) espère que cette action sera favorablement accueillie.
« Ça ne va donc jamais finir» se désole, Marine 23 ans, l'une des filles aînées. «Sans papiers on ne peut pas travailler. On veut être régularisés pour pouvoir faire notre vie en France. Moi je veux être infirmière. Pour des raisons de sécurité, on ne veut pas retourner en Arménie.» Le père a reçu une promesse d'embauche ferme d'une entreprise de maçonnerie. La famille vit avec peu de moyens : «Nous faisons nos courses à l'épicerie solidaire, le Département nous verse 100 € par mois.» Et dans l'angoisse. Quand la sonnette de la porte retentit, la famille s'inquiète.
Serge Ortole


Rassemblement devant la préfecture de Rouen, aujourd'hui mercredi 9 décembre à 14 h.

En octobre, le maire David Lamiray a parrainé la famille Karapetian, lors d'une cérémonie organisée à la mairie de Maromme

jeudi 10 décembre 2009.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0