accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 02-Aisne
Contact

Le Courrier picard : Onze régularisations obtenues en 2009, dont deux, grâce à la mobilisation populaire

 

De plus en plus âpre, la lutte menée par l'Asti continue néanmoins à porter ses fruits. En 2009, onze des personnes aidées par l'association ont vu leurs demandes aboutir.

À savoir : le droit d'exercer sur le territoire français pour un couple de commerçant ; une carte d'étudiant pour trois jeunes majeurs, dont l'un bénéficie aussi de l'aide financière accordée par le Département aux jeunes majeurs isolés ; une carte de séjour et le droit de travailler pour deux pères de famille algériens dont les enfants sont nés en France et scolarisés.

L'Asti a aussi sans doute sauvé la vie d'un Algérien malade dont la femme, maman de deux enfants nés en France et scolarisés, devait être expulsée avant de pouvoir prétendre à revenir au chevet de son mari au titre du regroupement familial.
« Sans ressources et dans l'incapacité de travailler, on ne sait ce que l'homme et ses enfants seraient devenus en l'absence de sa femme », souligne Claudette Lemire, vice-présidente de l'association.

Après un an de démarches, un jeune Marocain handicapé, resté au pays et isolé depuis le décès de sa grand-mère, a également pu retrouver sa famille installée en France. « Mais il reste encore du travail, car le visa a été délivré par le consulat d'Espagne... »

La bataille menée par les membres de l'Asti pour Mme Zahra a aussi enfin abouti. En 2008, sa carte d'étranger malade n'avait pas été renouvelée. Et elle avait été arrêtée et menottée par les forces de l'ordre missionnées pour l'expulser alors qu'elle assistait au cours de français hebdomadaire donné par l'association.

Réglementation de plus en plus dure

« Sa nouvelle carte est en cours de fabrication », rapporte la vice-présidente de l'Asti, après avoir rappelé le soutien de plusieurs autres associations et partis politiques, l'intervention du maire et du sous-préfet, et la mobilisation populaire qu'avait suscité cette affaire en 2008.

Enfin, la Kurde Havis Sévi, maman de trois enfants, vit depuis décembre dans un appartement et a trouvé depuis décembre un logement décent et quelques heures de ménage après avoir attendu cinq ans dans des chambres d'hôtel.

Évidemment, l'Asti se réjouit de ces victoires, « même si elles sont trois fois moins nombreuses que celles obtenues dans les bonnes années », constate tristement Claudette Lemire.

Même si l'avenir des régularisés reste incertain, « souhaitons que ces personnes désormais en situation régulière puissent le rester. Car la nouvelle réglementation qui se prépare s'annonce de plus en plus dure ».

Et comme on est toujours plus fort à plusieurs, l'Asti a décidé, dimanche, de se pencher sur les moyens de renforcer les partenariats déjà liés avec divers organismes.

mardi 2 mars 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW