accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 45-Loiret > Najlae
Contact

Actualité Française : Le Préfet du Centre démissionne : "le gouvernement impose des objectis aux conséquences inhumaines", selon resf

Le préfet du Centre, Bernard Fragneau, qui avait ordonné l’expulsion de la jeune Najlae, demande à quitter son poste « au plus vite ». Dans une lettre adressée au ministère de l’Intérieur, Bernard Fragneau estime qu’il « ne peut plus exercer ses fonctions dans le Loiret », indique le JDD.
 

Najlae Lhimer, une jeune lycéenne sans-papiers avait été expulsée le 20 février à Rabat. En pleine campagne des élections régionales, Nicolas Sarkozy était intervenu en sa faveur le 8 mars, à l'occasion de la Journée internationale de la femme. Désavoué, le préfet du Centre, Bernard Fragneau souhaite quitter ses fonctions.

« La décision du préfet d’Orléans a été successivement approuvée par M. Supplisson, adjoint au maire de Montargis, conseiller régional et directeur-adjoint du cabinet de M. Besson, avec beaucoup d’élégance par Madame Morano, ministre en charge de la condition féminine, lors du débat sur les violences faites aux femmes à l’Assemblée nationale et, avec sa classe habituelle, par le ministre Besson dans Le Monde », écrit dans un communiqué Réseau Education sans frontière (Resf).

« Pourtant, le 8 mars, inquiet de la vague de protestations suscitée par cette décision implacable, le président de la République annonçait autoriser le retour de Najlae, un camouflet public infligé au préfet Fragneau et aux ministres Morano et Besson. A la différence des ministres concernés et de quelques autres, M. Fragneau en a tiré les conséquences », poursuit le texte.

Resf poursuit : « le gouvernement impose aux préfets et à l’administration des objectifs aux conséquences inhumaines pour tenter de séduire l’électorat d’extrême-droite. En vain d’ailleurs, tant il semble vérifié que même en matière d’horreurs, l’électeur lepéniste préfère l’original à la copie. »

« Dès lors que les affaires sont médiatisées, que l’opinion découvre avec effarement ce que signifient les discours sur "l'application humaine" d'une "politique de maîtrise de l'immigration", le président de la République bat en retraite. Il fait mine de découvrir le problème… et rend les préfets responsables de ce qu’il a lui-même organisé », s’insurge Réseau Education sans frontière.


 
mardi 30 mars 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
  • Ce média mentionne... :
    RESF
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles