accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 49-Maine et Loire
Contact
Medias - Radio - France Info

Angers terre d’exil

 

La ville d’Angers est débordée par les demandeurs d’asile.
Cette commune tranquille de 150 000 habitants est confrontée depuis plusieurs mois à un afflux sans précédent de demandeurs d’asile. Leur nombre explose.
Elus et associations sont complètement dépassés.

France Info - Les demandeurs d’asile viennent en grande partie de
l’Est de L’Afrique.

Les demandeurs d'asile viennent en grande partie de l'Est de L'Afrique.

Fin décembre, on totalisait 290 demandeurs d’asile à Angers.
En un an, les demandes d’asile sont montées en flèche : + 78% (contre 30% environ dans le reste de la France !).
Ces réfugiés arrivent surtout de la Corne de l’Afrique, à l’Est du pays. Ils viennent du Soudan, du Darfour, de Somalie, d’ Erythrée ou encore du Pakistan. Les réfugiés soudanais sont les plus nombreux.
Aujourd’hui, la municipalité de gauche est submergée par le phénomène.
Le dispositif départemental d’accueil repose sur 535 places d’hébergement. Il est complètement saturé.

En savoir plus
$(function() { //ouverture de la box $(".connexe_getter_423492").click( function(){ $("#connexe_d_423492").fadeIn(); $(".connexe #blanc-423492").css("display","block"); }); // fermeture de la box $("#connexe_d_423492 .fermer_connexe_entier").click( function(){ $("#connexe_d_423492").css("display", "none"); $(".connexe #blanc-423492").css("display","none"); return false; }); });
  La ville d’Angers confrontée à un afflux sans précédent de demandeurs d’asile. Damien Rouillé du Secours catholique.  (1'16")
   

   

Depuis plus d’an, les habitants se sont mobilisés pour venir en aide à ces réfugiés.
Une école a même été ouverte spécialement pour eux, à Bouchemaine, à la périphérie d’Angers.
Des bénévoles se relaient pour leur apprendre le français.

   

Angers, victime de son sens de l’hospitalité ?

France Info - 200 demandeurs d’asile dorment dans des squats
ouverts par la mairie

200 demandeurs d'asile dorment dans des squats ouverts par la mairie
©RF/Mikaël Roparz

En novembre dernier, le maire d’Angers, le socialiste Jean-Claude Antonini ne voulait pas d’“un nouveau Sangatte”.
Seulement voilà, l’hospitalité d’Angers, le dynamisme des associations locales, les demandeurs d’asile en ont entendu parler jusqu’en Afrique de l’Est.

Ici, associations, Mairie, Conseil Général travaillent main dans la main.
Une dizaine d’associations, regroupées dans un collectif migrants œuvrent pour aider ces immigrés.

France
Info - Trois squats ont été ouverts par la mairie.

Trois squats ont été ouverts par la mairie.
©RF/ Mikaël Roparz

Rose-Marie Véron, adjointe au maire, chargée des Affaires sociales parle d’“un seuil critique”. Les associations locales ne peuvent plus accueillir ces migrants. Aux Restos du cœur, 70% des repas sont distribués aux demandeurs d’asile.
Pour l’élue angevine, si la ville est submergée par ces réfugiés, c’est parce qu’il n’y a pas de “ régulation régionale ”. Du coup, la mairie a même ouvert des squats.
Près de 200 demandeurs d’asile y vivent, sur des matelas sommaires. D’autres sont à l’hôtel ou encore sont hébergés dans un centre nautique.

  Les migrants sont de plus en plus nombreux à venir de leur pays à Angers. Rose-Marie Véron, adjointe au maire d’Angers chargée de l’Action et animation sociales.  (2'01")
   

  Angers, une ville hospitalière. Ben, bénévole dans l’un des 3 squats.  (1'15")
   

   

En 2009, 47 000 réfugiés ont demandé l’asile en France

Si les dispositifs d’accueil sont saturés à Angers mais aussi ailleurs en France, c’est notamment parce que les délais de procédure, pour obtenir une réponse à la demande d’asile sont trop longs, en moyenne 21 mois en France. A cela s’ajoute aussi des contraintes budgétaires.

  Pierre Henry, le directeur général de France Terre d’Asile. Il était l’invité du 12/14 sur France Info.  (10'52")
   

La ville d’Angers a dépensé près d’un demi million d’euros l’année dernière pour offrir à ces exilés des repas, un toit.
Des solutions d’hébergement provisoires : à partir du 1er avril, les migrants qui séjournent dans le centre nautique de Bouchemaine vont devoir quitter les lieux : les activités nautiques vont reprendre.

Mikaël Roparz

Archives de la chronique Le PLUS France Info

mercredi 31 mars 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles