accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 69-Rhône > Les campagnes > Guilherme HAUKA AZANGA
Contact

Communiqué de presse RESF Lyon : 7 avril Tentative d’expulsion ratée de Guilherme Hauka Azanga depuis Roissy
8 avril
21 h30 : Guilherme est libre !!!!!!!!!!! !

 

8 avril 15 h : Guilherme est embarqué pour l’aéroport militaire du Bourget, destination inconnue
16h30 : Conférence de presse et rassemblement au siège de la FCPE Paris

FAXEZ/MAILEZ l’appel aux pilotes ci-dessous pour tenter de les convaincre de ne pas embarquer Guilherme !!


7 avril Tentative d’expulsion de Guilherme Hauka Azanga de Roissy
23H30 : Il n’est pas parti ! Guilherme est en rétention à Bobigny

 8 avril

pilote
pilote.jpg

Possibilité de vol pour Luanda (Angola) à partir de Francfort à 21 h 25 ce soir sur la Lufthansa vol LH560 ou TAT (compagnie portugaise)

 
Appel aux pilotes à envoyer
à Lisbonne, à l'adresse suivante : lisbon.airport@ana.pt
à Francfort, à celles-ci : info@fraport.de  et ausbauinfo@fraport.de

 

 

Quelques numéros de fax de la Lufthansa en Allemagne:

francfort : +49 (0)6921998182
cologne (siège social):+49 (0)220354279

 

 


Contact RESF LYON : 06 37 04 65 30    
                                                                      
Communiqué de presse 7 avril
 
Expulsion en cours de Guilherme Hauka Azanga, vol Roissy Luanda 22h05 AF 628
 
Lyon 7 avril 2010, 16 h 45.
 
Aujourd’hui à 16 h 30, Guilherme ne répond plus au téléphone,il a été extrait du CRA à 15h50 , et a sans doute été embarqué dans un avion qui a décollé de Bron à 17h10....  Il est probablement en cours d’expulsion.   A l’aéroport de Lyon Bron, on a noté une présence très forte et très inhabituelle de forces de police, avec survol de l’aéroport par des hélicoptères , et semble t-il la présence d’autorités ? 
Un avion d’Air France part pour Luanda ce soir à 22 h 05, vol AF 928, terminal 2 F. Des parents d’élèves sont en route pour Roissy pour être au départ de l’avion. Actuellement, nous ne savons pas où est Guilherme, ni par quel moyen de transport il pourrait être transféré vers Paris ou ailleurs.
 
Hier, mardi 6 avril, les parents d’élèves de l’école remettaient la lettre ci-dessous à Madame Simone Veil ; à 17 h ils étaient reçus en préfecture par Monsieur Hénin pour expliquer la situation de Guilherme Hauka Azanga et demander à la préfecture de le libérer et de le régulariser.
Ce matin, la préfecture indiquait que sa position ne changeait pas. Donc qu’elle voulait expulser Guilherme et disloquer sa famille.
 
Les parents, enseignants, citoyens vont manifester ce soir à 18 h, comme hier et comme demain, place des Terreaux pour réclamer un peu d’humanité.
 
Est-ce vraiment trop demander ?
 
 
Madame Simone Veil,

C’est parce que vous avez toujours su incarner la lutte pour la justice et les droits de l’homme que nous vous sollicitons aujourd’hui en urgence en faveur de notre voisin et ami, Guilherme Hauka-Azanga, père de famille angolais menacé d’expulsion imminente vers un pays où sa vie est en danger en raison de ses combats pour la défense de la minorité ethnique à laquelle il appartient.

Monsieur Hauka-Azanga a en effet quitté son pays en 2002 après avoir échappé au massacre de tout son village, auquel sa mère et sa fratrie ont succombé. Ne pouvait emmener sa compagne et leurs cinq enfants hors du pays, il les a confiés à une autorité religieuse, alors qu’il choisissait comme terre d’asile la France, où il espérait pouvoir faire venir sa famille.

En 2004, sa compagne angolaise a été tuée par balle et ses deux plus jeunes enfants ont disparu. Les trois aînés ont pu être accueillis au Congo, où ils sont élevés par une famille d’accueil. Monsieur Hauka-azanga est en contact régulier avec eux et leur envoie régulièrement un mandat.

Il vit depuis cinq ans avec Madame Maweté avec qui il a deux enfants, Gaël trois ans, et Dorcas quinze mois, et dont il élève aussi les deux filles aînées.

N’ayant pu présenter à temps les documents nécessaires, ses demandes d’asile et ses recours ont été rejetés

Il est actuellement en rétention et menacé d’une expulsion imminente.

Nous sommes des voisins, amis et parents d’élèves le côtoyant quotidiennement depuis plusieurs années et nous ne pouvons pas supporter de voir détruire cette famille et envoyer cet homme à un destin funeste.

Nous vous supplions instamment, Madame, au nom des valeurs de justice et d’humanité que vous avez toujours défendues, de nous aider dans notre combat, en intervenant auprès de qui de droit.

Nous vous prions de bien vouloir agréer, Madame, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

Sandrine Delanoë et Annabelle Billaud pour le comité de soutien à Guilherme Hauka Azanga voisins et parents d’élèves de l’école Gilbert Dru, à Lyon 7e.

[Lettre remise à Simone Veil le 6 avril, lors de sa présence au Mémorial d'Izieu]
 
Catherine T.
mercredi 7 avril 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles