accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 69-Rhône > Les campagnes > Guilherme HAUKA AZANGA
Contact
Medias - AFP - Agence France Presse

RESF dénonce l’expulsion "avec acharnement" d’un Angolais sans-papiers

 
source : AFP
Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a dénoncé jeudi lors d'une conférence de presse l'expulsion avec "acharnement" d'un père de famille angolais en situation irrégulière arrêté à Lyon malgré une forte mobilisation d'élus, de voisins, de parents d'élèves et d'associations.

 

Guilherme Hauka Azanga, 37 ans, devait être expulsé jeudi par un vol militaire au départ du Bourget, selon RESF. Il avait quitté le CRA (Centre de rétention administratif) mercredi pour être transféré dans la soirée à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle en région parisienne où le pilote du vol Air France pour Luanda (Angola) a refusé par deux fois d'embarquer M. Hauka Azanga, selon RESF.

"Nous demandons un titre de séjour provisoire pour Guilherme jusqu'à son procès en appel en novembre. Il pourra ainsi présenter de nouvelles pièces à son dossier. Nous avons confiance en notre justice", a expliqué Annabelle Billaud, une voisine venue de Lyon.

"Mon mari est traité comme un animal, comme un colis", a expliqué Florence, l'épouse de M. Hauka Aznaga qui le décrit comme "un bon mari, un bon père de famille".

"Il m'a raconté avoir été ligoté comme un saucisson, on lui a mis un bâillon avec des trous pour respirer", a décrit Me Dominique Noguères de la Ligue des Droits de l'Homme qui a entrevu M. Hauka Aznaga mercredi en début d'après-midi. RESF a également dénoncé un "déploiement de police extrêmement important à Lyon et à Roissy" avec "des hélicoptères, des dizaines de CRS". "On a le sentiment d'assister à un raidissement, une perte de contrôle du ministère", a déclaré Richard Moyon, porte-parole de RESF.

"Le seul crime de Guilherme est de vouloir vivre avec sa famille", a lancé à la presse Annabelle Billaud.

Guilherme Hauka Azanga est arrivé en France il y a huit ans. Sa première femme a été tuée par balles en Angola, trois de ses enfants vivent en République du Congo et il est sans nouvelle des deux plus jeunes de ses enfants. Ses demandes d'asile ayant été rejetées, il avait été interpellé le 25 mars au domicile qu'il partage avec sa nouvelle compagne et leurs enfants.

Il avait fait l'objet d'une reconduite à la frontière en janvier et purgé deux mois de prison pour refus d'embarquer. Conduit à l'aéroport à sa sortie de prison, le 18 mars, il avait été reconduit en France après une escale à Francfort, le pilote ayant refusé de décoller car il était entravé.


Voir aussi:

jeudi 8 avril 2010.

Campagne pour la régularisation de Guilherme HAUKA AZANGA

jeudi 8 avril 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles