accueil RESF
DON au RESF

L'Est Républicain (en une) : Nancy - Famille géorgienne expulsée... sans son fils âgé de 2 ans

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 54-Meurthe et Moselle > Dans les medias
Contact
Medias - L

(en une) : Nancy - Famille géorgienne expulsée... sans son fils âgé de 2 ans

 

Expulsioon: couac à nancy

Une famille géorgienne, en situation irrégulière à Nancy, a été arrêtée puis conduite en Pologne, d’où elle a été renvoyée en France car les autorités françaises avaient oublié le dernier fils, âgé de 2 ans, resté à Nancy

 
David et Daredjan Agoyan, hier à la permanence RESF.  Photo Pierre
MATHIS

 

Après l’expulsion par la préfecture de Moselle d’un adolescent polyhandicapé le 3 mai, c’est la préfecture de Meurthe-et-Moselle qui a procédé à une « reconduite aux frontières » qui a ému les associations. Mardi, la police de Nancy a expulsé quatre membres d’une même famille. Mais en oubliant le petit dernier, âgé de 2 ans et demi, confié à des amis ce jour-là ! « La veille nous étions à un anniversaire. Le petit a dormi là-bas », témoigne le père, russophone, rencontré hier soir à la permanence de RESF. David Agoyan, sa femme, Daredjan et leurs 3 enfants de 18, 14 et 2 ans et demi appartiennent à la minorité Yézide de Géorgie. Il y a un peu moins d’un an, ils ont fui les persécutions dont ils sont victimes pour se réfugier en France, via la Pologne.

Mardi, les Agoyan ont été interpellés dans leur hôtel, rue Jeanne d’Arc à Nancy. Destination la Pologne, conformément à la Convention de Dublin II selon laquelle, le traitement d’une demande d’asile doit être assuré par le premier pays de l’espace Schengen qui a accueilli le demandeur.

Problème : le petit dernier, Nicolaz, manquait à l’appel. « Ça ne les a pas empêchés de mettre tout le monde en garde à vue », dénonce RESF. La famille a été conduite au centre de rétention de Lyon avant d’embarquer pour Varsovie à bord d’un vol spécial. Refusant de partir sans son fils, David Agoyan s’est tailladé les veines avec un trombone. « On l’a menotté sans le soigner », dénonce RESF Lyon. « De leur arrestation jusqu’à leur atterrissage, tout le monde avait les mains menottées dans le dos. La mère avait même les pieds liés sauf dans l’avion ».

Aller-retour en jet privé

Durée de ce vol qui a mobilisé un équipage et huit policiers : trois heures. « À l’arrivée, les autorités polonaises, un peu effarées, ont refusé d’admettre la famille privée de son dernier enfant. Elles ont poussé la sensiblerie jusqu’à soigner le père avant de renvoyer tout le monde, famille, avion et escorte vers son point de départ ». Leur séjour en Pologne aurait duré moins d’une heure.

Les Agoyan ont donc été « rapatriés au frais de l’État français » selon RESF. La police les a conduits à la gare de Lyon où des militants du Réseau éducation sans frontière les ont fait monter dans un train pour Nancy, avec une lettre qui résume leur histoire et le numéro de téléphone de RESF Lyon. En la lisant, le contrôleur SNCF a fait preuve de clémence.

La préfecture de Meurthe-et-Moselle confirme cette expulsion rocambolesque. « L’existence de cet enfant a été évoquée in extremis pendant la garde à vue à la fin de la procédure », précise Frédéric Bernardo, directeur de cabinet du préfet. « Aucun élément n’a été apporté par la famille pour étayer cette affirmation. La procédure a donc été menée jusqu’à son terme. »

Une version qui fait sourire les militants de RESF bien au fait des procédures. « L’administration connaissait forcément l’existence de Nicolaz puisque la famille était prise en charge par l’ARS dans le cadre de l’hébergement d’urgence ». « Ils ont même sa photo puisque nous avons déposé une demande d’asile », renchérit le père. Nicolaz n’est au courant de rien. Le père, soigné à l’hôpital central, lui cache ses pansements. La préfecture précise qu’elle réexaminera leur dossier lundi.

Saïd LABIDI

samedi 15 mai 2010.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 54-Meurthe et Moselle / Dans les medias
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0