accueil RESF
DON au RESF

Le Républicain Lorrain / Handicapé expulsé : le préfet assume

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Médias - Le Républicain Lorrain

Handicapé kosovar expulsé: solidarité et surdité du préfet

Handicapé expulsé: le préfet assume

 

L’état du jeune handicapé renvoyé au Kosovo se dégrade. Hier soir, une délégation, a tenté de convaincre le préfet de revenir sur sa décision.

Bernard Niquet, préfet de Lorraine, recevait hier soir une délégation du collectif constitué pour protester contre l’expulsion d’Ardy Vrenezi, jeune Kosovar polyhandicapé, expulsé de Moselle-Est mardi dernier avec toute sa famille.

Loin de faire machine arrière, le représentant de l’Etat continue de justifier cette décision administrative de reconduite à la frontière malgré la vague d’indignation qui a suivi la médiatisation de cette affaire.

C’est donc la déception qui prédominait, hier, vers 21 h, à la sortie de la préfecture.

«  Le préfet continue de dire qu’il n’y a pas de problème, qu’il a reçu l’assurance qu’Ardy serait bien soigné au Kosovo. Or, les quelques informations dont nous disposons nous disent le contraire », martèle le Dr Isabelle Kieffer, pédiatre d’Ardy en France.

Nouvelles inquiétantes

En effet, les dernières nouvelles du Kosovo sont inquiétantes. Ardy va mal. Il a été de nouveau hospitalisé ce week-end.

Son état de santé se dégraderait vite. De plus, le collectif qui le défend depuis la France a reçu des documents officiels faisant part des faibles moyens sur place pour soigner sa maladie dégénérative.

«  Nous avons une lettre du ministère de la Santé kosovar qui dit noir sur blanc, contrairement à ce que soutient la préfecture de Moselle, que les services qui accueillent Ardy sont primaires, inadaptés pour lui. Il est même dit qu’un seul médicament est disponible, sur les trois que doit impérativement prendre le gamin », assure Alain Cocq, du collectif des démocrates handicapés.

« Pas valable pour lui » Le document a été montré au préfet hier soir. «  Mais pour lui, ce n’est pas valable, ce n’est pas vrai. Dans le même temps, j’ai beaucoup de mal à obtenir des réponses sur des questions purement médicales », poursuit Isabelle Kieffer. Fabrice Boucher, conseiller général de Saint-Avold 2, a tout de même vu une ouverture : «  Nos documents ont clairement interpellé à la préfecture. Ils ont constaté qu’ils étaient en totale contradiction avec leurs informations. Ils ont dit que des vérifications allaient être faites ». Isabelle Kieffer a demandé à pouvoir bénéficier d’un contact direct avec des soignants au Kosovo.Le préfet a promis de faciliter ce contact.

Mais on est loin de l’objectif que s’étaient fixés les membres du collectif avant l’entrevue : à savoir, convaincre le préfet d’ordonner le retour d’Ardy et sa famille.

Pour l’instant, l’Administration fait front et assume.

 Stéphane MAZZUCOTELLI. (Républicain Lorrain 18.05.2010)

mardi 18 mai 2010.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0