accueil RESF
DON au RESF

L'Union (Marne) : Soutien lycéen à une famille menacée d'expulsion

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - L

(Marne) : Soutien lycéen à une famille menacée d'expulsion

 


Catherine Tanguy, du Réseau éducation sans frontières, ici avec Meri, la benjamine de la famille Aslikian.

CHALONS-EN-CHAMPAGNE (Marne). Ils voulaient apporter leur soutien à la famille Aslikian, menacée d'expulsion, mais le sit-in prévu dans le lycée a été interdit. Qu'importe, les manifestants se sont regroupés devant l'établissement.

«LES journalistes ne sont pas autorisés à pénétrer dans l'établissement. S'il y a manifestation, elle n'a pas à se faire dans l'enceinte du lycée. Ne mélangeons pas les genres. La mobilisation prévue concerne une décision préfectorale et n'a rien à voir avec l'Éducation nationale. » Circulez, y a rien à voir.
Hier peu avant midi, Jean-Robert Cases, proviseur du lycée Jean-Talon donnait le ton : pas de manif ou de photos dans son bahut. Peu avant, des policiers des renseignements généraux entraient dans le lycée Talon, et pour passer les grilles, il fallait presque montrer patte blanche. Sacré comité d'accueil… Hier à l'appel de RESF (Réseau éducation sans frontières), un sit-in était effectivement prévu dans la cour du lycée Jean-Talon où Ruben, 18 ans, est scolarisé en classe de 1re STG.
Ruben, sa sœur et ses parents, pourtant parfaitement intégrés depuis 2007, sont aujourd'hui menacés d'expulsion après une demande d'asile « retoquée » par l'OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) suivie du rejet d'un recours déposé auprès de la Cour nationale du droit d'asile (voir l'union du 24 septembre).
Aussi, le monde sportif (le papa de Ruben est entraîneur de lutte bénévole depuis des années à Châlons), les enseignants, lycéens et Châlonnais se mobilisent à 100 % afin que cette famille honorablement connue dans la ville préfecture bénéficie d'un titre de séjour vie privée et familiale.

« Inadmissible d'en arriver là »


Une grosse centaine d'adultes et de jeunes se rassemblait hier notamment à l'appel de Catherine Tanguy (FCPE-RESF) sans pour autant pouvoir manifester dans le lycée. « Même si le proviseur se retrouve dans une situation difficile, ce type de rassemblement n'a pas à avoir lieu dans l'établissement. En période Vigipirate, tout regroupement est interdit. Ne faites pas une mauvaise interprétation de mes propos car le lycée peut constituer un dossier sur l'élève, dossier à verser à la préfecture… Mais en l'occurrence, nous ne souhaitons pas de sit-in ou de rassemblement dans l'enceinte de Jean-Talon », insiste Bruno Bouchez, directeur de cabinet du recteur, joint hier par téléphone.

Manif, courriers, pétition…


Qu'importe : c'est devant les grilles que les « avocats » de la famille Aslikian se retrouvaient hier, parmi lesquels de nombreux élèves, à l'instar de Christophe, Yann, Alexandre ou François : « C'est inadmissible que nous soyons obligés de faire ça. Ruben est un bon élève, s'investit dans le lycée depuis plus de deux ans, ne pose pas de problème, a gagné un prix en allemand pour Talon ».
Selon Pierre Sergy, ancien professeur de Ruben et présent hier lors du rassemblement : « Le droit d'asile est par essence constitutionnel. Nul n'a le droit d'être inquiété de par ses origines. Concernant Ruben Aslikian, la situation est incompréhensible. Nous sommes face à un élève brillant qui remplit tous les critères pour s'intégrer. Il aspire à vivre avec dignité et à s'épanouir à Châlons ».
En interne, les professeurs centralisent courriers et pétitions car ils n'imaginent pas une seconde voir cet élève être rayé de leurs listes et de surcroît le voir prendre l'avion pour toujours…
Dans les rangs enfin, hier sous la pluie : Gérard Berthiot, vice-président de la Région ; et Gérard Sigal, du Parti socialiste, avaient collé l'adhésif en faveur de la famille à soutenir, sur leurs veste et blouson : « Aucun argument ne pèse pour que Vrech Aslikian et sa famille quittent le territoire. Ils s'investissent dans la vie châlonnaise, sont intégrés, très appréciés. Nous espérons que leur situation évoluera dans le bon sens… et vite ».

David ZANGA

mercredi 29 septembre 2010.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0