accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 17-Charente Maritime ...
Contact
Medias - SUD-OUEST - Sud Ouest

Surgères - Trop honnête pour pouvoir rester en France

 

Élève à Surgères, un jeune congolais a avoué avoir menti sur son âge et son nom. Il risque de tout perdre.

Puni pour avoir dit la vérité, afin de ne pas être dans le péché. Tel est le résumé que l'on pourrait faire de la folle histoire de « Nono ». Depuis mercredi soir, ce jeune congolais qui vivait en Charente-Maritime depuis deux ans est placé en centre de rétention à Toulouse. Il y a été conduit après avoir été convoqué au commissariat de La Rochelle mardi. Là, il a été mis en garde à vue.

Une histoire classique de reconduite à la frontière, si les raisons de cette décision n'étaient pas abracadabrantes. En fait, depuis deux ans, « Nono » affichait une fausse identité, très proche de la vraie, et mentait sur son âge et les conditions de sa venue en France.

Arrivé soit disant à l'âge de 16 ans et affirmant fuir son pays, où il aurait été en danger, il a été pris en charge par les services sociaux du département et par une association de Charente-Maritime. Il vivait ainsi à la Salamandre, un lieu de vie de Surgères, où il suivait - brillamment - des cours de CAP de menuiserie.

Un week-end sur deux, il était reçu chez un couple de « parrains » membre d'une association départementale. À la cité scolaire de Surgères, il est un élève apprécié, « le meilleur de sa classe », disent des enseignants. Il est même délégué de sa classe et représentant des élèves au conseil d'établissement.

Sauf que récemment, « Nono » a décidé de dire la vérité. Arnold, 21 ans aujourd'hui, est en fait venu en France avec une chorale depuis le Congo, où il a décidé de ne pas repartir…

La peur du péché

Patatras, son aveu met tout par terre. Majeur, il n'a plus à être pris en charge par les services de protection de l'enfance. La police le convoque pour vérifier son identité. Il est arrêté pour séjour irrégulier !

Pris en charge par la Cimade (fondation d'entraide pour les sans-papiers), qui doit déposer un recours contre l'arrêté de reconduite à la frontière, il devrait, ce vendredi matin, passer devant un juge et savoir quel sort lui est réservé.

Mobilisés, ses enseignants, ses parrains et les militants de la Cimade déplorent cette issue mais aussi les raisons qui ont poussé le jeune homme à avouer la vérité. « Il s'est mis à fréquenter assidûment une église évangélique et a été convaincu qu'il devait dire la vérité », raconte un proche, consterné. Pour ne plus être dans le péché, « Nono » est en centre de rétention…

vendredi 10 décembre 2010.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles