accueil RESF
DON au RESF

Damparis (39) : discours de Michel Ginies, maire et conseiller général pour la cérémonie de parrainage

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 39-Jura ...
Contact

Damparis (39): discours de Michel Ginies, maire et conseiller général pour la cérémonie de parrainage

 

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Chers Amis

Je suis heureux de vous accueillir à Damparis. Votre présence témoigne de votre attachement aux valeurs républicaines, au respect des droits de l’homme, au respect des droits de l’enfant, au respect de la dignité humaine.

En préliminaire, je voudrais évoquer l’inadmissible expulsion dont a été victime la famille RABA.
Ils avaient 20 et 22 ans en 200I. Parce que le jeune mari refusait l’enrôlement de force dans les rangs de l’UCK, les jeunes parents et leur premier enfant ont fui le Kosovo et sa guerre civile aveugle. Ils ont trouvé asile en France, là même où leurs proches avaient été accueillis et régularisés. Tous sans exception.

Ils ont cru en la patrie des droits de l’homme et du citoyen. Ils ont essayé de reconstruire leur vie en Haute Saône. Preuve de cette renaissance à l’espoir, à la vie : deux autres bébés sont nés sur le sol de notre pays. Enfants nés en France, scolarisés en France, bonne intégration : la famille Raba remplit toutes les conditions fixées par la "circulaire Sarkozy".
Mais parce que le ministre-candidat a décidé que la mobilisation sur les thèmes les plus réactionnaires de la frange de son électorat potentiel le plus extrême était prioritaire, la famille Raba a été traînée à Roissy par tromperie. La famille Raba a été ramenée à Lyon par dépit. La famille Raba a été déplacée en voiture à Toulouse par duperie. La famille Raba risque sa vie, elle, au Kosovo.

J’ accuse M.SARKOZY et les siens de non assistance à personnes en danger.

Certains vous diront :faut-il accueillir toute la misère du monde ? Ce n’est pas la bonne question. C’est pourquoi ce monde crée-t-il tant de misère ? C’est ce monde là qu’il faut changer.

Mais cela n’empêche pas M. SARKOZY de dormir sur ses deux oreilles et d’occuper les médias. Le président de l’UMP est déterminé à faire oublier son bilan calamiteux au ministère de l’Intérieur et le bilan non moins désastreux des gouvernements auxquels il a participé depuis le retour de la droite au pouvoir, en matière d’emploi, de protection sociale, de retraites, de services publics, de cadeaux sans freins accordés aux privilégiés de la fortune.
Il est même déterminé, s’il parvient au pouvoir, à aller encore plus loin dans le démantèlement de la société française, à jouer du tous contre tous pour asseoir la domination sans partage des marchés financiers sur tous les aspects de la vie sociale.
Pour détourner les victimes de cette politique meurtrière pour le pays, il faut trouver à chacun un repoussoir en entretenant les peurs selon la position sociale : fonctionnaire, jeune de banlieue, vieux, pauvre, SDF ou étranger.
Devant les caméras M.SARKOZY se félicite du doublement des reconduites à la frontière par rapport à 2005.

Quel cynisme !Quelle honte !

A défaut, et pour cause, de pouvoir diminuer le chômage en créant des emplois stables et dignement rémunérés, le gouvernement salue déjà "l’inversion de tendance" de la demande de titres de séjour et le "progrès" que constitue l’allongement de 12 à 32 jours de la rétention en centres administratifs. En foulant aux pieds ses propres critères, en plaçant dans l’illégalité des familles qui, jusqu’en 2002, ne l’étaient pas, cette droite livre des milliers de familles et leurs enfants à la clandestinité de fait. Elle les jette aussi en pâture à Le Pen, qui a retrouvé du grain à moudre médiatique sur son terrain de haine privilégié.

Sinistre concurrence.

Le culte du "chiffre" et de la rafle est sans borne. Il va même jusqu’à entraîner la distribution de bons et de mauvais points aux pilotes d’avion d’Air France, selon leur comportement face à l’embarquement par la force de jeunes lycéens, ou de familles, ou à arrêter durant des heures un élu communiste de la région Rhône Alpes parce qu’il s’indigne d’une expulsion.

Face à ce déchaînement, la résistance s’organise au sein et autour du Réseau Education sans frontières. Cette résistance trouve aujourd’hui matière à se renforcer ;

Pour écarter la menace de la banalisation de la xénophobie, les mois à venir demanderont aussi des mobilisations plus larges et plus massives encore pour trouver une issue sociale solidaire à la France, condition première qu’elle puisse rester, ou plutôt redevenir, terre d’asile.

Michel Giniès, Maire de Damparis, Conseiller Géneral

Cliquer ici pour en savoir plus sur la cérémonie de parrainage.

samedi 16 décembre 2006.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 39-Jura
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0