accueil RESF
DON au RESF

Nice-Matin / Cannes - Trente demandeurs d'asile reçus à bras ouverts

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - Nice Matin - Nice-Matin - Var Matin - Var-Matin

Cannes - Trente demandeurs d'asile reçus à bras ouverts

 


A gauche, Georges Vincent, bénévole au Secours Catholique, à droite Aline Ribas, de la Mouansoise équitable. En second plan, les demandeurs d’asile qui assistent à un cours de Français. / Photo : Photo A. B.-J

L’arrivée d’un groupe de demandeurs d’asile a déclenché une chaîne de solidarité qui, au fil des jours, ne cesse de grandir. Rencontres. Enrôlés de force dans une armée dictatoriale, spoliés par des milices qui ont pillé leur foyer, leur commerce, leurs terres, ils ont fui leur pays.

Trente demandeurs d'asile sont logés depuis un mois à l'Hôtel de la Paix. Ces hommes, originaires du Soudan, du Tchad ou d'Erythrée faisaient partie du grand groupe du Paillon dont on a longtemps entendu parler à Nice. Leur arrivée à Mouans a déclenché un réflexe solidaire qui, au fil des jours, n'a cessé de grandir. La preuve ce soir (lire par ailleurs) avec le concert organisé au profit du groupe. Et sur place, lors d'une fin d'après-midi dans la salle à manger de l'hôtel, certains ont raconté leur vie mouansoise.

Culture et sport

Une vie assez sereine, entre la bibliothèque, le cinéma, le gymnase dont les portes se sont ouvertes pour le groupe. « Sinon, lorsque certains ont besoin de faire un aller-retour sur Nice pour leurs démarches administratives, des billets de bus leur sont fournis » précise Georges Vincent, bénévole du Secours Catholique.

Des invitations à dîner

Régulièrement, des invitations à dîner dans la salle de la maison paroissiale arrivent à l'hôtel. Elles sont toujours signées des associations mouansoises. Les mêmes qui, d'ailleurs, se chargent des cours de Français.

« Et les élèves sont très motivés » s'enthousiasme leur « professeur » Aline Ribas, adhérente de la Mouansoises équitable « En général, les élèves ont recopié dans la journée, des mots qui leur posaient problème et nous travaillons dessus. Ils progressent très vite. »

Abdallah, spontanément propulsé porte-parole, confirme que la vie s'est bien organisée ces quatre semaines. Mais, prévient-il, tout cela n'enlève rien à l'inquiétude du lendemain. « Nous ne savons absolument pas ce que nous deviendrons après le 15 janvier »

Car le Secours Catholique qui jusque-là assurait le paiement des chambres (12 000 e par mois) ne pourra plus financer l'hôtel. Et ce n'est pas avec leurs 310 e d'allocation temporaire d'attente que les demandeurs pourront se nourrir et se loger...

Vers une nouvelle occupation ?

La question a été régulièrement évoquée au cours des réunions de ces derniers jours. Parmi les solutions envisagées, celle d'une nouvelle occupation n'est pas écartée. Même si personne n'oublie que l'expérience niçoise s'était soldée par une expulsion....

cburlot@nicematin.fr

Savoir +

Toute personne désirant soutenir le groupe peut envoyer ses dons à Secours catholique, demandeurs d'asile,

14 rue Durante

06000 Nice

Tél. : 04.93.16.74.00.

Chrystèle Burlot   Nice-Matin  

 

samedi 8 janvier 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0