accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF > COMMUNIQUÉS RESF
Contact
 RESF - Logo RESF sans texte "resf"

Une politique de brute

 
UNE POLITIQUE DE BRUTE

Ayant récupéré sa fonction et son titre de ministre de la Rafle et du drapeau, le récidiviste Hortefeux mène sa campagne de chasse à l’enfant et aux familles avec férocité et opiniâtreté.

Par deux fois en une semaine, des arrestations ont eu lieu à la sortie d’une école : le 7 janvier, le petit Vazgen, 6 ans, était arrêté par les gendarmes accompagnant son père à la porte de son école. Ils sont toujours emprisonnés  au CRA de Nîmes.

[pour protester robert.rouquette@haute-loire.gouv.fr

fax : 04 71 09 98 19]

On lira ci-dessous quelques uns des exploits de M. Hortefeux : un enfant de 13 mois enfermé à Lyon, un autre de six ans emprisonné à Metz, tandis que le père de cinq enfants  finit par être arrêtés sous les yeux de ses enfants après plusieurs descentes de police à son domicile !  Samana Tshibuyi, père de deux enfants de 4 et 5 ans, en est à son vingt-sixième jours de détention à Palaiseau où il reçoit quasi-quotidiennement la visite de personnalités.

 

Pour dire que ça suffit (poliment et sans prêter le flanc aux poursuites)

michel.bart@interieur.gouv.fr (directeur de cabinet du ministre de la Chasse à l’enfant)

guillaume.larrive@interieur.gouv.fr (dir-adjoint)
jean-marc.berlioz@interieur.gouv.fr

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 Standard 01 77 72 61 00
Secrétaire général
secretariat-general@immigration-integration.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@immigration-integration.gouv.fr  

 

Matignon : http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire
Et là où se prennent les décisions
Elysée fax : 01 47 42 24 65
http://www.elysee.fr/ecrire/index.html<http://www.elysee.fr/ecrire/index.html>
Maxime Tandonnet (conseiller immigration)
maxime.tandonnet@elysee.fr   (auteur du l’immortel discours de Grenoble) 


 
 

ENFANT DE 13 MOIS EN RETENTION

Depuis lundi 10 janvier, une famille de l'Ain qui était logée au foyer de Marcillieux à Saint Vulbas est retenue au CRA de Lyon Saint Exupéry. 

Le père a été arrêté suite à un contrôle routier (il visait une régularisation par le travail). 
La police est ensuite allée cueillir la mère et l'enfant de 13 mois au foyer. 

Il s'agit de la famille SPANCA, venue du Kosovo, en France depuis un peu plus de deux ans, déboutée du droit d'asile et sous OQTF. 

Le petit se prénomme Ledion (ou Ledjon). Il est né en France. 

Ce n'est pas la première fois que la préfecture de l'Ain s'en prend à une famille avec enfant(s); l'année dernière, elle expulsait une famille hébergée par la communauté Emmaüs de Lent-Servas, mais c'est la première fois qu'une famille hébergée au Foyer de Marcillieux est placée au CRA, et la première fois qu'un enfant aussi jeune est enfermé.

Le préfet vient de changer, mais le nouveau marche dans les traces du précédent.

 
Voici des adresses pour exiger leur libération: Prefet : Philippe Galli

philippe.galli@ain.gouv.fr 

directrice de cabinet : Violaine Demaret Fax 04 74 23 26 56 violaine.demaret@ain.gouv.fr 

secrétaire général: Dominique Dufour. Fax: 04 74 32 30 99 dominique.dufour@ain.gouv.fr 

 
 
 
 

6 ANS, EN RETENTION !


Le jeune Erik, 6 ans,  a été interpellé chez lui, à Sarreguemines  avec sa mère. Ils étaient en France depuis 6 mois, l'enfant était ravi d'aller à l'école après les maltraitances familiales subies en Russie et Arménie....
Le dossier OFPRA a été classé en procédure prioritaire sans même que Mme A soit convoquée. Elle a également eu un refus d'APS. Puis très rapidement elle a reçu une OQTF bien qu'étant en attente d'une convocation à
la CNDA.
Mme A a voulu protéger sa vie et celle de son fils en fuyant en France. Mais la préfecture retient le fait que  Mme A a dû comparaitre en correctionnelle pour détention de faux billets. Chose qu'elle a toujours contesté en expliquant que c'est la monnaie qui lui avait été rendue lorsqu'elle a acheté à manger dans un kebab
peu après son arrivée à l'aéroport. Elle a d'ailleurs fait appel et la présomption d'innocence doit jouer pour elle comme elle joue pour Hortefeux qui reste au gouvernement bien que deux fois condamné en raison dit-il de ses appels.
Nous leur rendons rendons visite au CRA chaque jour : Erik va de plus en plus mal, ne mange pas ne dort pas, il pleure beaucoup et devient de plus en plus
agressif avec sa maman car il ne veut plus rester là. Il demande de retourner à l'école jouer avec ses copains. Il a peur des hommes qui se bagarrent et crient fort, il a peur des uniformes. Sa maman est la seule femme au CRA.
Nous avons saisi la Défenseure des enfants qui a rapidement contacté la préfecture et s'est vu répondre cette histoire de condamnation (6 mois avec sursis). L'avocate qui connait le fond du dossier est furieuse, le JLD "n'ose pas "??? libérer ?
RESF vient d'envoyer une lettre au préfet pour demander la libération, et compte bien mettre çà sur le tapis lors des "festivités" de cette fin de semaine si la rétention était prolongée.


 

UN PERE GHANEEN DE 5 ENFANTS EN RETENTION DEPUIS 3 SEMAINES !

Est-ce du fait du nouveau préfet que nous ne connaissons pas encore ? Ou de la tendance générale ?
 Toujours est-il que Mr Frimpong est en France depuis 10 ans. Il a eu
5 enfants avec sa compagne. En France depuis 2000, cette dernière est en situation régulière. Le mariage leur a été refusé  puisque Mr est sans papiers, ils vivaient donc en concubinage tout en demandant la régularisation de Mr. et essuyant les refus. Pendant que sa femme travaillait, le papa s'occupait des enfants : Brithney, 10 ans, Marie Claire, 8 ans, Nehemia, 5 ans et les deux jumeaux, Daniel et David qui ont fêté leurs 2 ans sans papa qui était au CRA.
 
Les 5 enfants
sont nés en France, ils n'ont eu de cesse de voir leurs parents réunis avec eux malgré la hantise qu'avait leur père de la police. Et il a été servi : trois "descentes tambourinantes" de la PAF à leur domicile, devant les enfants et à l'indignation des voisins. La deuxième fois, en fouillant tout l'appartement, "ils ont cassé mon lit ! " dit Nehemia ! La troisième fut la bonne pioche pour la PAF, et la maman de tenter de rassurer les enfants qui demandaient si papa était comme un criminel pour que la police vienne le prendre. Eh oui, ne pas avoir de papiers, "c'est un délit" ! Mais toute cette mise en scène n'est elle pas "un peu" disproportionnée ?
Très traumatisés, les cinq enfants seront parrainés ce samedi à Metz. Et espèrent bien la libération prochaine de leur papa ...

 
 
 

 

Appel à faxer et à mailer au Préfet d'Indre-et-Loire

 

I : Les faits, une inacceptable arrestation à la sortie de l'école !

 

Le vendredi 7 janvier 2011, à 16 h 30, alors que, comme à son habitude, il venait chercher Almir, son neveu orphelin âgé de 8 ans, à la sortie des classes de l'école Paul Bert de Tours, M. Nasco Agovic a été arrêté, sous les yeux des parents d'élèves, des enseignants, du personnel de l'école et des enfants. Depuis mardi matin 11 janvier, il est au Centre de rétention administrative (CRA) de Rennes. Il est inadmissible que les écoles soient ainsi l'occasion de tendre des pièges et de se livrer à des manoeuvres déloyales.

 

Avec son frère Saki, Nasco Agovic assume la responsabilité de l’éducation de son neveu, qui a perdu sa mère au cours des tragiques événements qui ont secoué le Kosovo entre 1999 et 2002. Tous les jours, il se rend à l'école. C'est de façon délibérée que la police, connaissant ses habitudes, a choisi de l'interpeller à la sortie des classes, devant les camarades d'Almir, très choqués. Cela ne peut qu'ajouter, aux traumatismes subis par l'enfant dès son plus jeune âge, l'angoisse de perdre un indispensable soutien familial. Almir avait été parrainé en décembre 2009 au cours d'une cérémonie organisée par le Réseau Education Sans Frontières d'Indre-et-Loire (RESF37) dans les locaux de la mairie de Tours, en présence de nombreux élus.

 

L'expulsion de Nasco Agovic vers le Kosovo serait inacceptable,  le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU reconnaissant que la sécurité des Roms continue de ne pas y être assurée. Il doit au plus vite retrouver la liberté et les siens ! Almir doit poursuivre sa scolarité dans la sérénité, grâce à l'équilibre et l'attention que lui accordait son oncle.

 

A cette fin, nous demandons à tous et à chacun de signer la pétition en ligne http://resf37.free.fr/spip.php?article517, ,de faxer et de mailer au Préfet d'Indre-et-Loire, pour que Nasco Agovic sorte au plus vite du CRA de Rennes, et qu'il lui soit accordé un titre de séjour dans les meilleurs délais. Ci-dessous, un modèle de courrier dont on peut s'inspirer.

 

II : Modèle de lettre pour le Préfet d'Indre-et-Loire

 

Si vous optez pour le courriel, veillez à ne mettre dans la case « objet »que des mots anodins, sans référence explicite à cette situation précise.

 
joel.fily@indre-et-loire.pref.gouv.fr (Préfet)
edgar.perez@indre-et-loire.pref.gouv.fr (Directeur de Cabinet)

Tel : 02 47 33 10 01 (Cabinet du Préfet)

et 02 47 33 10 20 (Secrétariat d'Edgar Pérez)

Fax : 02 47 64 76 23 (Cabinet du Préfet)

et 02 47 64 04 05

 
 
 
 
 
 
Monsieur le Préfet,
 

Je viens d'apprendre que M. Nasco AGOVIC, qui habite Tours, a été arrêté le vendredi 7 janvier à 16 h 30 à la sortie de l'école Paul Bert, alors qu'il venait y chercher, comme à son habitude, son neveu Almir. Il a été transféré au CRA de Rennes.

 

Monsieur Nasco Agovic, à qui vos services avaient délivré une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) en juillet 2010, a formé un recours contre cette décision, sur laquelle le Tribunal Administratif d'Orléans n'a pas encore statué. Nasco Agovic est originaire du Kosovo, pays où les familles continuent à connaître les pires difficultés, voire à subir encore des exclusions et des persécutions.

 

L'arrestation de Nasco Agovic à la sortie de l'école Paul Bert a créé un grand émoi chez les parents d'élèves , les enseignants, le personnel de l'école et les enfants, notamment les camarades de classe d'Almir, le neveu de M. Agovic qui, avec son frère, assume la responsabilité de l'éducation de cet enfant de 8 ans, orphelin dès son plus jeune âge. Je sais qu'une pétition demandant que Nasco Agovic soit rendu très vite à l'affection des siens recueille un large assentiment, au-delà même de cette école, auprès de nombre de communautés éducatives d'Indre-et-Loire.

 

Le bon sens et l'humanité commandent que M. Nasco Agovic sorte du CRA de Rennes , et qu'il obtienne le titre de séjour qui, seul pourra lui permettre de construire une vie digne et sereine parmi nous.

 

Comptant sur votre bienveillance, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l'expression de mes salutations distinguées.

 
Signature
 
jeudi 13 janvier 2011.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA
mercredi 30 / 04
agenda météo iCal
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles