accueil RESF
DON au RESF

Sud-Ouest / Bègles - Quatre parrainages contre l'expulsion

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - SUD-OUEST - Sud Ouest

Bègles - Quatre parrainages contre l'expulsion

 

Quatre étrangers sans papiers ont reçu le soutien d’élus et de militants.

Jean-Jacques Paris et Noël Mamère. photo so

Aucun ne veut que sa photo soit dans le journal. Ils préfèrent qu'on s'en tienne à leur prénom ou à leur initiale. Ils se cachent. Mais hier soir, ils étaient tous quatre au milieu d'une foule de militants qui les soutiennent (1), pour recevoir à la mairie de Bègles les p arrainages républicains de leurs amis, d'élus, et même du curé de Bègles. Noël Mamère, le député et maire du lieu, et le conseiller général Jean-Jacques Paris étaient entourés des conseillères régionales Naïma Charaï, Marie Bové, Martine Alcorta, et de plusieurs conseillers municipaux écologistes et communistes de cette commune où de telles actions se répètent « deux fois par an ». « Pas par plaisir ni surenchère. Nous n'accordons pas nos parrainages sans avoir étudié les dossiers », a dit Noël Mamère.

Les « filleuls » ont un problème commun : la menace d'une expulsion du territoire, faute de titre de séjour. L'une a fui un mariage forcé en Afrique, et poursuit à Bordeaux des études de physique. Un autre est ce jeune homosexuel bordelais d'origine marocaine, Karim, menacé par la justice de son pays pour sa différence sexuelle, dont le cas a déjà suscité nombre de soutiens.

Le troisième est sénégalais, en France depuis 2001, et se voit refuser un titre de séjour au moment de créer sa propre entreprise. Le quatrième est pakistanais, orphelin, et a fui le pays des bombes. Il a seize ans selon ses papiers, mais sur la base d'une analyse osseuse (procédé très contestable a-t-on dit), la préfecture estime qu'il a 18 ans et peut donc être expulsé. Il a près de lui des enseignants et parents du collège Pablo-Néruda, où il est élève en classe d'accueil.

Tous sont partis avec ce titre de parrainage dont chacun sait qu'il n'est qu'un piètre sauf-conduit. Mais tout de même le signe que leur situation est suivie par des citoyens sans reproche. Quand on risque du jour au lendemain le centre de rétention, autant avoir ses témoins de moralité en poche.

(1) Notamment l'association Partenia 33, le Réseau éducation sans frontières, l'Asti, et le Collectif béglais contre les expulsions.

samedi 22 janvier 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0