accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 33-Gironde ...
Contact
Medias - SUD-OUEST - Sud Ouest

Bordeaux : Les anti-CRA préparent le rassemblement

 
Avant la journée de mobilisation, le 28 mai, les militants battent le rappel.

Le collectif D'ailleurs nous sommes d'ici, qui regroupe plusieurs associations et partis politiques, a tenu une conférence de presse hier matin, devant le commissariat central de la police nationale, dans le quartier de Mériadeck, à Bordeaux. Un lieu choisi volontairement, puisque c'est dans les sous-sols de cet immeuble que le centre de rétention administrative (CRA) de Bordeaux, fermé depuis plusieurs mois suite à un incendie, doit rouvrir au mois de juin. Le collectif dénonce justement la politique d'immigration du gouvernement et réclame la régularisation des sans papiers. Il se prononce par ailleurs contre tous les CRA qui existent en France. Hier, il s'agissait de présenter la journée nationale de mobilisation, qui aura lieu le 28 mai. À Bordeaux, elle prendra la forme d'une manifestation à partir de la place de la Victoire (à 14 heures). Le collectif a lancé hier un appel à la mobilisation.

Selon Cindy Morillas, porte-parole du collectif, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, « tient des propos racistes et des propos stigmatisants dans les médias. Tous ces dérapages montrent qu'il s'agit d'un racisme d'État ». Un point de vue également exprimé hier par Graziella Danguy, pour la FSU : « La politique qui consiste à stigmatiser les étrangers, à leur faire porter la responsabilité de la crise et du chômage, c'est du racisme d'État. L'idée qu'on est un délinquant quand on n'a pas de papiers est inadmissible. » Pour Odette Toulet (RESF), les CRA « sont le prolongement des camps pour étrangers indésirables créés en France à partir de 1938 ».

L'élue Europe Écologie-Les Verts, Peggy Kançal, conseillère régionale, était également présente hier devant le commissariat central (EELV est membre du collectif D'ailleurs nous sommes d'ici). Selon elle, à côté de l'action dans les instances politiques, il est important « de mener une lutte auprès des associations militantes ». Plusieurs opérations vont être organisées par le collectif d'ici au 28 mai, à commencer par un débat avec Olivier Le Cour Grandmaison, spécialiste de l'histoire coloniale et de l'immigration, le 10 mai, à l'Athénée municipal de Bordeaux, à 20 heures.

Le collectif D'ailleurs nous sommes d'ici était hier devant le commissariat central de la police nationale, à Bordeaux. photo d.l.


Voir à ce sujet :

 

jeudi 28 avril 2011.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles