accueil RESF
DON au RESF

Alliance pour le renouveau démocratique des Comores : Un Comorien menacé d'expulsion de la France

Accueil > ACTUS générales > La France, vue d’ailleurs

Alliance pour le renouveau démocratique des Comores: Un Comorien menacé d'expulsion de la France

 


Ses professeurs voient bien qu’il est « stressé, apeuré, pas bien » depuis qu’il a reçu une OQTF, une obligation de quitter le territoire français, avant la mi-octobre. Ils se mobilisent, lancent des pétitions, alertent les parents d’élèves. « Il devrait y avoir des classes entières d’Ansuredine, un élève irréprochable, studieux », clament-ils, indignés par la politique d’immigration actuelle. La municipalité de Pont-du-Château aussi se mouille pour que ce lycéen de 22 ans ne soit pas expulsé. Elle est sa « marraine ». Finira-t-il son bac pro en mécanique automobile, option véhicules industriels, avec ses camarades du lycée Pierre-Boulanger à Pont-du-Château ? Sera-t-il expulsé vers l’île des Comores qu’il a fuie et où il n’a plus de famille ?

Déjà l'an dernier, à la même époque, il avait fallu se battre pour qu'il termine son CAP. Rebelote une année scolaire plus tard. Terminé le sursis. Ansuredine sera sur toutes les banderoles, mercredi prochain, lors du rassemblement, prévu devant la préfecture par RESF 63 (réseau éducation sans frontières) qui a encore en tête des expulsions « nauséabondes » comme celle, le jour de la rentrée, de la famille Hasani-Ajeti, des Kosovars renvoyés dans un bidonville de Belgrade. Ansuredine n'est pas le seul élève menacé d'expulsion dans le Puy-de-Dôme. Corinne Mialon et Didier Pagès de RESF en comptent « des dizaines » des maternelles aux universités. Cette année, « c'est même la première fois où nous avons autant d'enfants de sans-papiers en danger dans les établissements scolaires », constatent-ils. Une hausse « effrayante » qui coïncide, selon eux, avec l'arrivée, en mai, du nouveau préfet de région, Francis Lamy. Mercredi dernier, en fin de matinée, ils ont poussé un coup de gueule devant le rectorat de Clermont-Ferrand. Car le silence du recteur et des inspecteurs d'académie est « assourdissant », dénoncent-ils. « Ils doivent prendre leurs responsabilités. Les enseignants n'accepteront jamais de donner leurs élèves aux policiers ». Ceux de Ansuredine sont prêts à résister et à le cacher s'il le faut...


voir aussi :

Medias - La Montagne Un Comorien menacé d’expulsion

samedi 1er octobre 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
  • Ce média mentionne... :
    RESF
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / La France, vue d'ailleurs
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0