accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 49-Maine et Loire
Contact
Medias - Ouest-France - Ouest France

Angers : David éloigné de son épouse... à 4 000 km !

 

David Néchet-Huidal attend son épouse depuis huit mois, retenue au Mali.

David Néchet-Huidal attend son épouse depuis huit mois, retenue au Mali.
 
L'Angevin David Néchet-Huidal vit un éloignement géographique forcé avec son épouse, Sylvie, Malienne. Depuis leur mariage il y a huit mois, il attend sa venue. En vain.

C'est une histoire d'amour mixte comme il en existe beaucoup. David Néchet-Huidal, 22 ans, a épousé Sylvie, 24 ans, Malienne. Seul bémol, Sylvie est à 4 000 kilomètres et n'a pas l'autorisation de vivre avec son mari, ni de fouler le sol français.

Les deux époux se sont rencontrés au Mali en 2009, lorsque David a effectué un voyage scolaire. Ils sympathisent, discutent. Ce n'est pas un coup de foudre, c'est une histoire construite au fil du temps. En août 2009, il y retourne, tombe amoureux. En février 2010, après de longs mois d'attente, Sylvie espère rejoindre David pour quelques semaines en France. Son visa touristique lui est refusé. Un premier échec qui pousse David à la rejoindre. Du 1er juillet 2010 au 12 mai 2011, David vivra à ses côtés.

Trois, six, huit mois :toujours rien !

David et Sylvie engagent les démarches administratives pour se marier. Il faut un certificat qu'ils obtiennent après des interrogatoires au consulat de France à Bamako. « On nous a dit qu'après le mariage, la transcription prendrait environ trois mois. Les autorités devaient nous délivrer un visa conjoint pour que Sylvie puisse rentrer avec moi », confie David.

Les démarches effectuées, David et Sylvie se marient à la mairie de Ségou, où vit la jeune femme. « J'ai respecté les coutumes, j'ai demandé sa main à son père et payé une dot. » Seulement, de retour au consulat de France, ce ne sont plus trois mois qui sont annoncés mais six. « J'étais en colère, je me voyais déjà repartir sous le coup de la déception. Et j'ai réfléchi, jamais je ne pourrais laisser Sylvie. C'est ma femme et je l'aime. »

Le 10 mai, David rentre en France pour entamer une année d'étude à Angers, sans son épouse. Un déchirement que le couple vit mal et que David tente d'enrayer en travaillant d'arrache-pied, en mettant de l'argent de côté, pour leur futur.

Depuis huit mois maintenant, David et Sylvie sont mariés mais ils n'ont toujours aucune nouvelle du consulat qui doit leur accorder un visa conjoint. « Je voulais simplement qu'elle découvre mon pays comme j'ai découvert le sien. L'administration en a décidé autrement. Mais nous ne baissons pas les bras. Si je ne travaillais pas, j'entamerai une grève de la faim devant l'Élysée pour alerter l'opinion publique. Je n'étais même pas avec elle le jour de son anniversaire. Avec mes études, je ne la verrai sûrement pas avant juillet 2012. Je l'attendrai. »

Marion AUVRAY.

mardi 4 octobre 2011.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles