accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 92-Hauts de Seine > Actions
Contact
Medias - Net - Rue89 - Rue 89

(Témoignage) "Mes nuits blanches à Antony, devant l’administration de la honte"

 

par Florian Julien 11/10/2011

J'ai honte, vraiment honte. Et vous allez comprendre pourquoi. Il y a trois semaines, ma femme a été victime d'un pickpocket dans le métro. Elle s'est fait subtiliser une partie de son sac à main. Elle était bouleversée mais pas pour les raisons que l'on croit. La carte de crédit ? La monnaie ? Non, ce qui l'a vraiment traumatisée, c'est ça :
« Flo, il va falloir retourner faire des démarches à la sous-préfecture d'Antony ! »

Il convient de préciser que ma femme est étrangère (japonaise) et qu'elle doit garder sur elle une carte de séjour. Jusque-là, rien de très anormal. Mais quelle démarche, quels documents préparer pour remplacer sa carte désormais volée ? La question est simple mais vous auriez tort de croire que la réponse le sera autant.
Il n'existe même pas un site Internet avec une FAQ sur lequel télécharger des formulaires, consulter une liste de documents à préparer pour la moindre démarche des étrangers, etc. La seule chose que l'on vous explique sur le site de la sous préfecture, c'est :
« Pour tout renseignement concernant les titres de séjour, téléphonez ou rendez-vous directement à la sous préfecture. ».
Alors on essaie d'appeler au numéro indiqué. J'ai appelé plusieurs centaines de fois
(avec ma femme, de son côté) durant les horaires d'ouverture, en une journée, la semaine dernière. C'est bien simple, je faisais du « recall » toutes les minutes.
Or, jamais personne n'a décroché ! A chaque fois, je suis tombé sur la même messagerie annonçant, d'une voix de « j'en-ai-rien-à-battre », que le personnel du service étranger ne peut pas vous répondre pour l'instant et que cette boîte vocale n'accepte aucun message. Et forcément, on vous raccroche au nez.
Ça donne quoi en passant par le standard général ? La nana vous transfère robotiquement vers ce même « service étranger » inaccessible.
Les seules réponses que l'on obtient proviennent finalement de quelques témoignages, parfois contradictoires, récupérés sur les forums, les facebooks, etc.

Ensuite, il faut se rendre à Antony…
Quand on arrive à 6 heures du matin, il y a déjà plusieurs dizaines de personnes qui attendent dehors. Une fois un précieux ticket récupéré, vous attendez encore des heures dans un hall morbide et crasseux qu'une nana glaciale vous reçoive pendant 2 min. Parfois, elle n'hésite pas à vous rembarrer :
« Il manque la photocopie de ce document, revenez demain. »
Bref, on arrive à 6 heures et on repart à 15 heures, après avoir attendu 8 ou 9 heures juste pour récupérer un simple formulaire ou poser une question ! En 2011, ils ne sont pas fichus de mettre à disposition ces formulaires à l'accueil !

Cela dit, ma femme et moi, après 7 ans d'Antony et plusieurs centaines d'heures perdues là-bas, on pensait avoir tout vu. Nous étions loin du compte.

Quand mon épouse s'est faite dépouiller, je me trouvais au Japon et elle a dû entreprendre seule les démarches pour remplacer sa carte de séjour. Elle s'est donc levée à 4 heures du matin et s'est rendue à Antony avec le premier RER. Elle est arrivée sur place vers 6 heures. Déjà une centaine de personnes attendaient l'ouverture, prévue environ 3 heures plus tard.
Les portes ont ouvert avec 45 minutes de retard, c'est à dire à 9h30 au lieu de 8h45. Pendant que des dizaines de personnes, jeunes, vieux, hommes, femmes (dont des femmes enceintes ! ), poireautaient debout et dehors depuis l'aube, les employées sirotaient encore tranquillement leurs cafés derrière leurs guichets, en papotant et aux yeux de tous…
Des vigiles sont ensuite arrivés pour organiser la file avec une amabilité qui n'aurait pas déplu à un gardien de prison Khmer rouge. Ils ont fait entrer les premières personnes qui ont finalement obtenu leur ticket de passage. Sauf qu'après avoir fait passer 60 personnes, ils ont bloqué la queue et ont annoncé, sans aucune précision :
« C'est fini, revenez demain, on ne prend plus personne. »

Ce matin, donc, je l'ai accompagnée en voiture. Encore une fois, réveil avant 5 heures et arrivée à 5h30. Avant de constater que la queue était encore plus longue que la fois précédente !
Surpris, nous avons remonté toute la file et avons interrogé une personne recroquevillée dans un sac de couchage. Il était là depuis 20 heures la veille ! Et il nous a expliqué qu'à 23 heures, il y avait déjà plus de 30 personnes ! Autrement dit, pour espérer pouvoir entrer, vous devez coucher devant la porte de ce « service » public !
Découragés car certains de ne pas avoir de tickets, nous sommes donc repartis bredouilles. Et ce soir, je vais donc passer la nuit dehors pour obtenir le droit de parler à cette administration sous-développée. Ma femme me rejoindra demain vers 8h45, par le RER. Ils se foutent totalement que tous ces gens perdent ainsi des journées de travail à cause de leur incompétence et de leur désorganisation.
Et encore, j'aurai beau passer la nuit dehors, aux côtés de vieux, de femmes enceintes, je ne suis pas certain de repartir tranquille après midi. A défaut d'avoir obtenu une liste claire de documents à fournir, je m'attends déjà à ce que la fonctionnaire me réponde : « Revenez demain, il manque un timbre à 27 centimes. »

Franchement, j'ai honte d'un tel « service » en France. J'ai honte qu'après tant d'années, aucun représentant de la préfecture n'ait encore remarqué que des centaines de personnes dormaient dehors, l'hiver, sous la neige, pour récupérer ou rendre des putains de documents. Aurait-on au moins l'obligeance de mettre des abris pour protéger ces gens des intempéries ?

La suite demain mercredi, après la nuit blanche dehors…

 


Voir aussi :

Medias - Net - Rue89 - Rue 89 Administration de la honte : onze heures de queue et une nuit dehors

Petit récit d’une folle nuit chez le sous-préfet d’Antony ce 22 février

« On nous traite comme çà parce qu’on est étrangers »

jeudi 13 octobre 2011.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles