accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 90-Territoire de Belfort ...
Contact

Le Pays : Belfort - 150 manifestants pour défendre les sans-papiers

 

euxième manifestation à Belfort pour apporter un soutien aux familles menacées d’expulsion. Photo Dominique Lhomme
source : Le Pays

par Dominique Lhomme

À l’appel d’un collectif comportant le Réseau éducation sans frontière du Territoire (RESF90), la Ligue des Droits de l’Homme, les partis politiques de gauche, les associations et organisations syndicales, 150 personnes à manifestaient samedi, place Corbis.

Jeudi dernier, la manifestation de soutien à la famille d’origine kosovar, devant la préfecture, avait rassemblé une petite centaine de personnes (Le Pays de vendredi). Hier, le collectif nouvellement créé a remis le couvert, place Corbis, afin de montrer que la mobilisation continue.

« Nous voulons montrer notre indignation et notre révolte, indique un membre du collectif. Lundi dernier, huit familles, soit 33 personnes dont 12 enfants, ont été jetées à la rue. Certaines, en France depuis cinq ans, sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français et sont très fragilisées par cette situation. »

Les événements se sont précipités à Belfort la semaine dernière. Un couple et leur bébé de dix mois, la famille Latifi, ont été interpellés mercredi matin à l’hôtel où ils avaient été logés provisoirement et ont été placés dans un centre de rétention de la région parisienne. Deux autres de leurs enfants, Myrteza et Moala, ont été confiés par leurs parents à leur grand-mère et seraient toujours dans l’Aire urbaine.

Expulsés mardi et audience mercredi

Place Corbis, près de 150 personnes ont participé à la manifestation, dont Françoise Lehmann, qui assure la permanence juridique à la Ligue des Droits de l’Homme : « La crainte, c’est que ne ce ne soit qu’un début. D’autres familles suivront. Nous, c’est-à-dire le Secours catholique, la LDH et RESF, avons sollicité un rendez-vous avec le préfet, en principe jeudi, pour savoir ce que vont devenir les familles qui sont logées dans les hôtels. Mais une des réponses a été apportée à ce qui est arrivé à la famille Latifi. Si on leur trouve une place dans les centres de rétention administrative, elles y seront conduites avant d’être expulsées. D’ailleurs, le fait qu’un centre de rétention soit habilité à accueillir des enfants est récent. On met maintenant des enfants en prison ! La mobilisation se poursuit, car on ne peut pas accepter cela sans rien dire ».

Avant que le cortège ne se rende place de la République, devant la préfecture, une bénévole de RESF 90 a pris la parole pour donner des nouvelles de la famille Latifi : « La petite Tuana et ses parents, Lendita et Dashnor, sont toujours enfermés au centre de rétention du Mesnil-Amelot, une prison, laissant derrière eux, cachés quelque part deux autres enfants de 10 et 13 ans. Ils préfèrent les savoir morts ici que vivants au Kosovo. La famille Latifi est suivie par un avocat et par la Cimade, ainsi que par le défenseur des droits des enfants. Leur expulsion est prévue mardi matin, alors que l’audience devant le juge des libertés est prévue le lendemain. Et ça, ils ont le droit de le faire ! L’avocat se bat pour que cette audience ait lieu avant leur départ ».

Les représentants du collectif ont demandé à tous d’être vigilants, car d’autres familles Latifi seront certainement bientôt concernées.


voir aussi :

Le Pays : Belfort - La Maison du peuple occupée pour trouver à loger 35 personnes sans papiers

samedi 22 octobre 2011.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles