accueil RESF
DON au RESF

Une pétition pour rester

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - L

Une pétition pour rester

 

 

Hier à Verdun, action du comité de soutien à la famille Avdalian menacée d’expulsion.


Les parents d’élèves ont signé en masse la pétition.

Les parents d’élèves ont signé en masse la pétition.

«On est là pour vous soutenir. Il faut se battre et ne pas baisser les bras ». Un message de soutien. Parmi tous les autres. Une table, des grilles et des affiches jaunes qui y sont accrochées marquent l’endroit. Et puis des parents d’élèves qui viennent en masse signer la pétition contre l’expulsion de la famille Avdalian. Telle était l’ambiance, digne, hier matin, devant l’école Galland où sont scolarisés les trois enfants du couple.

Fin octobre, quelques jours après le refus de Chamal Avdalian de monter dans l’avion qui devait le reconduire en Arménie, un comité de soutien s’était créé. Et puis, dans la foulée et devant la sous-préfecture de Verdun, un cercle du silence avait rassemblé 70 personnes à l’appel de plusieurs associations dont l’Amatrami, le Comada, la FCPE avec le soutien de RESF (NDLR : Réseau Éducation Sans Frontières).

« Nous avons demandé une audience au préfet pour régulariser cette famille », confie Audrey Devin, membre du comité de soutien qui était accompagnée, entre autre, de Fanny Méline, représentante des parents d’élèves pour les écoles Galland et Poincaré. « Une pétition est en ligne sur le site de RESF et en tout, nous avons déjà récolté 1.300 signatures tant électroniques que sur le papier. Nous la remettrons au préfet le jour du rendez-vous et nous l’accompagnerons de lettres de recommandation de proches de la famille prouvant sa bonne intégration ».

« Ce qui se passe dans notre pays est intolérable »

Si les deux grands enfants de la famille Avdalian, un garçon et une fille, sont en élémentaire, le plus jeune est en maternelle : « Ils méritent d’être là et de rester ici au nom des valeurs que l’école doit transmettre. C’est intolérable ce qu’il se passe dans notre pays. La situation de la famille est insupportable », poursuit Audrey Devin. « Luc Châtel, le ministre de l’Éducation veut réintroduire les leçons de morale qui doivent aborder la fraternité, la solidarité, le respect, la tolérance et l’égalité et au même moment des mesures sont prises à l’encontre des sans-papiers. Ça me révolte. Je me positionne comme une résistante. Personne ne mérite de vivre quelque chose comme ça ».

Et de mettre en avant une promesse d’embauche pour Chamal Avdalian, « et puis, ils parlent français, les enfants ont leurs amis ici, ils ont leur vie ici. Ils sont élevés selon une culture française. On devrait être fier que des familles en détresse choisissent la France pour se réfugier ».

Les messages de soutien s’accumulent autant que les signatures au bas des feuilles. Sous le regard de Chamal Avdalian et de ses enfants qui prennent le chemin des salles de classe.

Frédéric PLANCARD

mardi 8 novembre 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0