accueil RESF
DON au RESF

un titre étudiant = une carte de séjour. Rassemblement mercredi 14 décembre devant la Préfecture de Clermont

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 63-Puy de Dôme > Rassemblements, manifestations
Contact
Membres du RESF - RUSF+RESF 120x84 px

un titre étudiant = une carte de séjour. Rassemblement mercredi 14 décembre devant la Préfecture de Clermont

 

Comme chaque année à la même période, les Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) pleuvent sur nos universités et ailleurs. Nous refusons de voir nos camarades étrangers étudier dans la peur. Nous voulons que chacun puisse avoir le droit d’étudier sereinement.

Pour Yassine, Ibrahima, la famille ARBIDA et tous les autres...

Comme chaque année à la même période, les Obligations de Quitter le Territoire Français (OQTF) pleuvent sur nos universités et ailleurs.

Yassine, étudiant marocain, a reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) le 3 octobre 2011. Le 21 novembre, la préfecture du Puy de Dôme lui notifie une assignation à résidence qui lui interdit de sortir du département. Etudiant à Vichy, il ne peut plus assister à ses cours.

Un décret, daté du 6 septembre 2011, augmente le justificatif de ressources pour obtenir un titre de séjour étudiant. Chaque étudiant doit justifier 2000 euros de plus que l’année dernière, certains n’ont pas cette capacité et se font refuser leur titre de séjour. Nous refusons cette accentuation de la sélection des étudiants étrangers sur des critères sociaux.

Le procès-verbal du Conseil d’Administration de l’Université d’Auvergne (Clermont I) daté du 9 mai 2011 stipule que les étudiants étrangers n’ayant pas payé la totalité de leurs frais d’inscription à la veille des examens sont dénoncés à la préfecture. Les concernés perdent leur statut étudiant et ne peuvent avoir de Titre de Séjour, ils sont conduits par l’Université à l’expulsion. De plus, après demande de la préfecture auprès de l’Université d’Auvergne, plusieurs étudiants n’ont pas pu s’inscrire cette année. Nous refusons et combattons la collaboration entre les universités et les services de préfecture dans la politique d’expulsion.

Depuis la circulaire Guéant du 31 mai 2011, les possibilités de changement de statut à la fin des études sont restreintes. Ainsi, de nombreux étudiants sont empêchés de travailler à la fin de leurs études et sont contraints de rentrer. Ibrahima est l’un d’eux, il est arrivé en France le 23 septembre 2010 pour y suivre ses études de Master 2 Informatique Décisionnelle et Logicielle à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Le 21 septembre 2011, il dépose une demande de changement de statut à la préfecture du Puy de Dôme. En effet, il vient d’obtenir son diplôme avec une promesse d’embauche là où il a effectué son stage. Pour pouvoir travailler, il lui faut un titre de séjour salarié. La circulaire du 31 mai a permis à la préfecture de refuser son changement de statut.

Cette année, les objectifs d’expulsion du territoire sont passés à 30 000, facilités par la loi Guéant du 16 juin 2011 qui restreint encore plus les droits de tous les migrants. Par une politique assumée du gouvernement, les étrangers sont de plus nombreux à se retrouver sans papiers, puis expulsés. Aljilani et Aisha Arbida, lybiens, sont en France depuis 2000 avec leurs 5 enfants dont 2 nés sur le territoire. Aljilani, étudiant en thèse s’est fait refuser son titre de séjour étudiant en Février 2011. Toute la famille dont le titre de séjour dépend du père est actuellement sans papiers et vit dans la peur de l’expulsion, comme de nombreuses familles à Clermont Ferrand. Nous refusons cette politique qui traque, qui expulse, qui rejette.

La politique d’expulsion nuit gravement à l’enseignement supérieur et à la recherche. La préfecture s’arroge un droit de regard sur le parcours universitaire de nos camarades. Elle juge seule, de façon arbitraire et sans aucune compétence ni légitimité pédagogique du « sérieux » et de la « réalité » de leurs études. Elle se permet ainsi de refuser le titre de séjour d'une partie des étudiants, alors qu'ils ont tout le soutien de leurs enseignants qui attestent de leur sérieux. La vocation universelle des établissements d’enseignement supérieur est de rester ouverts à tous. Leur mission d’enseignement, d’échange et de réflexion ne peut s’accommoder d’inégalités entre étudiants ou de l’exclusion de certains. Nous refusons de voir nos camarades étrangers étudier dans la peur. Nous voulons que chacun puisse avoir le droit d'étudier sereinement.

Régularisation de Yassine, d'Aljilani et d'Ibrahima
Retrait de la circulaire Guéant du 31 mai 2011
Stop à la collaboration Université-Préfecture dans la politique d'expulsion
Une carte d'étudiant = Un titre de séjour

Rassemblement
Mercredi 14 décembre
18H
Devant la préfecture de Clermont Ferrand

 

 

Avec le soutien de RUSF - RESF 63, RESF 43, UNEF, SUD étudiant, UNL, Ligue des Droits de l'Homme, Cimade, DAL, Utopia, AFPS, Brut de Béton Production, Freinet du Puy de Dôme, CGT, SOLIDAIRES, FSU, UNSA Education, JC, UEC, NPA, Front de Gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche Unitaire, FASE), Europe Ecologie Les Verts, Libertat Auvernha ....


lundi 5 décembre 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 63-Puy de Dôme / Rassemblements, manifestations
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0