accueil RESF
DON au RESF

MALGRE LEURS VISAS, THYSSINA, ELAURA ET BRIGITTE VIGOUREUX SONT TOUJOURS BLOQUEES AU CONGO FAUTE DE BILLETS D'AVION !27/12 : Elaura, Thyssina et Brigitte Vigoureux SONT ENFIN RENTREES, sans l'aide d'Ethiopian Airlines, mais grâce à la solidarité du réseau et des enseignants du lycée Claude Monet et du collège George Sand (Paris 13ème)

Accueil > RESF > COMMUNIQUÉS RESF
Contact
 RESF - logo cartouche et texte (pour les CP)

Communiqué de presse Resf

MALGRE LEURS VISAS, THYSSINA, ELAURA ET BRIGITTE VIGOUREUX SONT TOUJOURS BLOQUEES AU CONGO FAUTE DE BILLETS D’AVION !
27/12 : Elaura, Thyssina et Brigitte Vigoureux SONT ENFIN RENTREES, sans l’aide d’Ethiopian Airlines, mais grâce à la solidarité du réseau et des enseignants du lycée Claude Monet et du collège George Sand (Paris 13ème)

 

 

 

CP_Decembre
CP_Decembre.doc

 

Adresse postale : C/o EDMP 8 Impasse Crozatier 75012 Paris - Contact : educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org               

 

 

Informées par RESF et grâce à l’intervention du Défenseur des droits, les autorités françaises ont accordé à Thyssina, Elaura et Brigitte Vigoureux – bloquées à Pointe-Noire (Congo Brazaville) depuis juillet dernier  à la suite d’un imbroglio administratif belge - un visa d’entrée sur le territoire français.

Cette mère de famille, d’origine belge qui vit à Paris depuis 20 ans, et ses deux filles mineures scolarisées dans des établissements du 13° arrondissement, auraient donc dû pouvoir, le 9 décembre prochain, retrouver Victor et Amata, les deux filles aînées de Brigitte, restées seules à Paris et tenter peu à peu de réparer les dégâts créés par leur trop long séjour forcé au Congo.

Thyssina et Elaura, absentes depuis trop longtemps et qui ont déjà manqué presqu’un trimestre de programmes scolaires, auraient donc pu enfin retrouver leurs enseignants et leurs camarades de classe, au collège George Sand et au lycée Claude Monet.

Mais le cauchemar qu’elles vivent est en train de s’éterniser, au risque de mettre définitivement en péril le futur de cette famille. En effet, les frais occasionnés par leur résidence forcée à Pointe-Noire ont totalement épuisé les ressources financières de Brigitte Vigoureux qui subsiste avec ses filles au Congo grâce à la solidarité familiale, mais est dans la totale incapacité de remplacer les billets d’avion périmés de leur vol de retour, et ce, alors que la situation de Victor et Amata, à Paris, devient  de plus en plus précaire et qu’elles doivent gérer un nombre de plus en plus important d’impayés, dus à l’absence de leur mère.

Devant l’urgence de la situation, RESF a contacté le service clients d’Ethiopian Airlines, la compagnie émettrice des billets initiaux, lui demandant de bien vouloir, à titre humanitaire, proroger ces billets ou les remplacer. Ethiopian Airlines avait laissé entendre, dans son mail de réponse, qu’il semblait possible de résoudre ce problème.

Mais depuis, malgré de nouveaux échanges de mails, malgré plusieurs visites désespérées de Brigitte Vigoureux à l’agence Ethiopian Airlines de Pointe-Noire, la compagnie fait la sourde oreille. Ses représentants, tant à Paris à qu’à Pointe-Noire, refusent obstinément à cette maman et ses deux filles adolescentes la possibilité  de rentrer, prétextant que le siège d’Ethiopian Airlines n’a donné aucune consigne, contrairement à ce que le service clients, à Addis-Abeba, nous a laissé croire.

Pourtant, Ethiopian Airlines, quatrième compagnie aérienne africaine et la plus profitable du continent, déclare s’engager à fournir le meilleur service possible à ses clients. Plus encore, la compagnie se targue de faire preuve de responsabilité sociale.

Pourtant, en choisissant de voyager sur un de ses avions, Brigitte Vigoureux lui a fait confiance, sans imaginer une seule seconde que ses filles et elle ne pourraient prendre le vol de retour prévu.

 

Afin de mettre un terme à la situation cauchemardesque vécue par Thyssina, Elaura et leur mère, et à titre humanitaire, Ethiopian Airlines s’honorerait en leur fournissant de nouveaux billets, leur permettant ainsi de quitter le Congo et de rentrer à Paris et de reprendre leur vie.

THYSSINA, ELAURA et BRIGITTE VIGOUREUX N’ATTENDENT PLUS QUE DES BILLETS D’AVION POUR RENTRER ! ETHIOPIAN AIRLINES DOIT REMPLACER LES BILLETS PERIMES MAIS NON UTILISES !

C’est pourquoi RESF lance une campagne d’envois massifs d’e-mails aux différents dirigeants d’Ethiopian Airlines  afin qu’ils prennent en considération la situation humanitaire de cette famille, comme l’ont fait les autorités françaises, et dont vous trouverez le texte à l’adresse suivante : http://resf.info/article40046.html

Plus d’infos sur la situation de la famille Vigoureux:

- Blog RESF sur Médiapart : « Histoire belge, histoire française, histoire kafkaïenne » : http://resf.info/article38831.html

Contacts presse :

Marc Naelten (RESF Paris 5-13) : renaud-naelten@orange.fr 06 79 54 03 33
Daniel Cassiaux (collège George Sand) : 06 87 09 18 97
Anne-Marie Desfoux-Bechieau (lycée Claude Monet): amdesfoux-beschieau@orange.fr
En Belgique : Nathalie Fessol :
nath.edme.fessol@gmail.com 0032 2 763 02 09

 
 
 
jeudi 8 décembre 2011.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF / COMMUNIQUÉS RESF
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0