accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > ACTUS générales > La France, vue d'ailleurs

Réveil FM : Un prêtre Congolais sans papiers menacé d’expulsion dans l’Essonne

 

Agé de 50 ans, un prêtre venu du Congo pour exercer dans plusieurs paroisses de l’Essonne est menacé d’expulsion. Son permis de séjour vient d’expirer et les fidèles le soutiennent.
source : Réveil FM

par Cécile Chevallier, Le Parisien

Briis-sous-Forges (Essonne), Michel Khuti Baku, prêtre congolais, est sommé de quitter le territoire français sous un mois.

«Nous allons prier pour vous, pour vos proches, pour l’Eglise, pour le monde et pour notre pays, la France. » En achevant hier après-midi son homélie par ces derniers mots, le cœur du prêtre Michel Khuti Baku a dû se serrer. Il a salué ses paroissiens — des résidants d'une maison de retraite à Vaugrigneuse (Essonne)-en leur annonçant la date prochaine de la messe, le 22 février; Il n'est pourtant pas certain de pouvoir honorer le rendez-vous. Samedi dernier , il a reçu une obligation de quitter le territoire français dans un délai d'un mois; depuis les fidèles se mobilisent pour lui éviter une expulsion. En témoigne cette chrétienne qui arrive hier après-midi à la paroisse de Briis-sous-Forges. En larmes, elle dépose sa signature "pour aider cet homme si bon";

En quelques jours, des centaines de fidèles en ont fait autant; "Nous sommes sous le choc, confie Chantal; Mais je pense que notre mobilisation portera ses fruits."

Après la "panique" ressentie à la réception du courrier, Michel khuti Baku a décidé de se battre."je ne comprends pas ce qu'on me reproche, s'insurge le prêtre de 50 ans. j'ai quitté le Congo à la fin des années 1990 pour l'Italie o'u j'ai été reçu comme réfugié politique; Après neuf ans de sacerdoce là-bas, j'ai décidé de venir en France." Il arrive en 2008, accueilli par Michel Dubost, l'évêque d'Evry. "J'avais un permis de séjour italien avec un titre de voyage valable jusqu'en 2014, poursuit le prêtre. Et je me suis spontanément présenté à la mairie. pendant des années je m'y rendais tous les trois mois."

La préfecture se veut rassurante

A partir de juillet 2011, les affaires se gâtent. L'office français de l'immigration et intégration (OFII) lui indique qu'il doit désormais se rendre en sous-préfecture de Palaiseau;

Après des nuits passées dans les files interminables, il parvient enfin à un guichet; D'o'u on le dirige vers la préfecture d'Evry. "Voyant qu'on me renvoyait de bureau en bureau, j'ai pris conseil auprès d'une d'une parisienne, avocate en congé parental", souligne Michel Khuti.

Les courriers s'enchaînent, sans réponse.

S'ils l'expulsent, de nombreuses messes du secteur seront annulées, s'inquiète Luis Romero, supérieur du prêtre congolais. En Essonne, un quart des prêtres sont africains. Sans eux, les diocèses ne tourneraient pas. Rien qu'à la paroisse de Briis, nous ne sommes que 2 prêtres pour 32 000 habitants et 16 villages. nous célébrons 7 ou 8 messes par week-end. Et pourquoi vouloir le renvoyer maintenant ? il est ici depuis quatre ans, loin de la clandestinité". un avis partagé par les élus.

"En politique, on aime rarement s'impliquer dans des sujets religieux, prévient Christian Schoettl, président (NC) de la communauté de communes du pays de Limours; Mais là, on ne peut que s'émouvoir."

Hier soir la préfecture se voulait rassurante."L'attention du préfet a été appelée sur ce cas par Mgr Dubost, confie-t-on au cabinet. M. Khuti Baku avait un dossier incomplet, dont le réexamen est en cours."

Des fidèles devraient se rassembler dimanche à la sortie de la messe de Briis-sous-Forges pour soutenir le prêtre.

jeudi 2 février 2012.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles