accueil RESF
DON au RESF

Le Journal de Saône et Loire : Des régularisations au prix fort

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...

Immigration. Le prix de l’obtention d’un titre de séjour pour un demandeur d’asile a explosé.

Le Journal de Saône et Loire: Des régularisations au prix fort

 


Carole Bonin et Anny Cresnar, membres du Réseau éducation sans frontières du Bassin minier. Photo M. G.
En 2012, il sera demandé 340 € de droits de chancellerie aux demandeurs d’asile en cours de régularisation contre 220 € l’année dernière. Réseau éducation sans frontières tente de réagir.

Nous nous engageons à payer les frais administratifs demandés aux personnes en cours de régularisation. C’est notre priorité », avance d’emblée Carole Bonin, militante au sein de Réseau éducation sans frontières (RESF). Mais l’augmentation des droits de chancellerie, du timbre fiscal (voir encadré ci-contre), couplé à une baisse des recettes, laisse le Réseau dans la difficulté.

« On essaie d’assumer les coûts des démarches administratives pour une dizaine de familles présentes à Montceau -soit environ 45 personnes- mais bientôt on ne pourra plus », s’inquiète Henri Gaudin, membre de RESF. « Nous prenons en charge les dépenses énergétiques d’une personne », poursuit-il. De la même manière, le Centre d’accueil de demandeurs d’asile (Cada) de Montceau finance les fluides de trois familles, et le Secours catholique tente de gérer les hébergements.

Essoufflement des dons

Les dons et parrainages s’essoufflent par rapport à 2007, et le Réseau doit aujourd’hui redoubler d’efforts pour récolter des fonds. « Cette année, nous allons organiser des concerts, des rendez-vous citoyens à participation libre pour le Réseau », explique Carole Bonin (voir ci-dessous). Une dynamique d’autant plus nécessaire que RESF fait face à une hausse des demandes de régularisation, notamment de personnes en provenance des pays de l’Est.

Bilan 2011

L’année dernière, trois cartes de séjour d’un an et plusieurs récépissés de carte de séjour d’un mois ont été obtenus sur 50 résidents dans le Bassin minier.

Contact dons : Anny Cresnar, 03 85 58 86 81 ou anny.cresnar@sfr.fr

Lorsqu’un demandeur d’asile arrive au Cada, il doit d’abord verser 110 € au moment de faire sa demande de titre de séjour. Après cette demande de régularisation, s’il est débouté (échec de la demande auprès de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) puis échec du recours devant la Cour nationale du droit d’asile), il peut alors faire auprès de la préfecture une demande de régularisation à titre dérogatoire. Si le préfet l’accorde, le demandeur doit alors verser un droit de chancellerie de 230 €. Puis, quand il sort du Cada, il doit verser 340 € à l’Ofii une fois la carte obtenue en s’acquittant d’une journée d’enseignement sur les valeurs républicaines. Soit un total de 708 €. Une telle somme est évidemment dissuasive et vise à réduire le nombre de demandes d’asile.

mercredi 15 février 2012.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
  • Ce média mentionne... :
    RESF
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0