UNE ULTIME SEMAINE... À L'IMAGE D'UN QUINQUENNAT HONTEUX

Accueil > RESF > COMMUNIQUÉS RESF
Contact

UNE ULTIME SEMAINE...
À L'IMAGE D'UN QUINQUENNAT HONTEUX

 

Grace et Alain, deux mineurs enfermés en centre de rétention depuis le 6 avril, au prétexte qu’ils auraient été majeurs, ont été libérés ces dernières heures, Grace, jeudi 3 mai en appel de la décision du JLD du 1er mai, Alain vendredi 4 mai sur réquisition du parquet (tribunal d'Evry). Il a été placé dans un foyer pour mineurs, en Essonne. 28 jours d’enfermement pour Grace (16 ans), lycéenne congolaise de Pithiviers arrêtée à la gendarmerie et arrachée à ses proches, à la suite d’une convocation piège, 30 jours pour Alain, mineur isolé, qui n’a guère connu au Cameroun puis en France que les galères de la misère plus un mois d’enfermement dans des prisons administratives françaises pour étrangers adultes.

Libres provisoirement, mais ni pour l’un ni pour l’autre, la situation n’est définitivement réglée. Grace va reprendre l’école sous la menace de l’obligation de quitter le territoire qui l’a fait enfermer. Le tribunal administratif de Versailles a suspendu l’exécution de l’OQTF d'Alain et a donné 8 jours au préfet pour lui délivrer une autorisation provisoire de séjour avec obligation de réexaminer sa situation.

 

Ilyès vient lui, d'être informé de la prochaine délivrance de son titre de séjour Vie privée et familiale. C'est un survivant ! Ce lycéen de Montceau les Mines d'à peine 18 ans avait été kidnappé par la police un matin de novembre 2011 et embarqué quelques heures après sur un avion pour Alger. Les manifestations répétées de centaines de lycéens, d'enseignants et d'habitants de Montceau les Mines et de la région avaient conduit Sarkozy à obliger sont préfet à bouffer sa casquette en public et à autoriser le retour d'Ilyès. Mais, rancunier, le préfet traînait des pieds pour lui accorder un titre de séjour. C'est maintenant chose faite. Tout est bien qui finit bien, certes. Mais à l'arraché, contre la volonté des autorités. Et au prix de traumatismes répétés et d'une extrême violence pour un garçon de 18 ans, sa famille et ses proches.

 

Pour les quatre jeunes haïtiens, enfants de Marjorie Victor-Ferry, et attendus par leurs mère, beau père et petit frère depuis plus de 4 ans, le cauchemar prend maintenant la forme d’un des slogans avec lesquels l’actuel président candidat espère se maintenir au pouvoir. Diviser l’immigration légale par deux ! Alors que le tribunal administratif de Nantes a établi sans réserve que Marjorie Victor est bien la mère de ses 4 enfants, et astreint le ministère des Affaires étrangères à lui verser une compensation financière, qu’il n’y a pas eu appel de la décision, les autorités consulaires de France en Haïti accordent royalement DEUX visas sur les QUATRE attendus. Que deviennent les deux jeunes laissés pour compte ?

 

Enfin, Vincent Mbapte, père de famille de Noisy le Grand, a été expulsé cette semaine de façon violente, attaché sur son siège. Il est arrivé à Douala où il n'a aucun contact, aucune aide possible. Vincent laisse en France, contraint et forcé, sa maman malade, sa compagne éplorée (toutes deux en situation régulière) et son fils de 15 mois. Nous ferons tout pour le faire revenir rapidement auprès des siens !

Il faut en finir avec cette politique inhumaine. Ces affaires de familles démembrées, de mineurs ou de jeunes majeurs scolarisés arrêtés, mis en garde à vue, emprisonnés, expulsés ou pas mais dans tous les cas plongés brutalement dans le chaos et l'angoisse dont les histoires d'Ilyès, d'Alain, de Grace, des enfants de Marjorie, de Vincent MBapte sont l'illustration, doivent prendre fin avec le quinquennat qui s'achève. Le prochain président de la république s'honorerait à y mettre un terme. Le changement, c'est maintenant.

 

samedi 5 mai 2012.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF / COMMUNIQUÉS RESF
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0