accueil RESF
DON au RESF

Diversité culturelle

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 67-Bas Rhin > La revue de presse > Année 2007
Contact

Diversité culturelle

 

Ambiance chaleureuse, hier, à la salle des fêtes du Cheval blanc de Bischheim où la 11e fête des cultures de l’association Pas/sages a battu son plein.

A l’image des bénévoles qui ne ménagent pas leurs efforts pour la faire vivre, en salle ou derrière les fourneaux, la fête des cultures de l’association Pas/sages a beau en être à sa onzième édition, elle ne s’essouffle pas.

Hier, une programmation tous azimuts a attiré un public plus varié et plus nombreux que lors des précédentes éditions. L’exposition sur le superbe calendrier « Le respect en fêtes » que vient de réaliser l’association avec des écoliers bischheimois donnait immédiatement le ton.

Année après année, c’est toujours le même combat pour la tolérance et le respect des différences fondé sur la connaissance de l’autre, avec une fougue intacte.

La volonté d’élargir la conscience de citoyens actifs

Les stands d’information tenus par les associations partenaires ainsi que par la librairie Caractères allaient dans le même sens, celui d’une volonté d’élargir la conscience de citoyens actifs. Idem pour la table ronde animée par Richard Sancho-Andréo, président de Pas/sages.

Eric Faure, président de Lupovino, Jacqueline Jacques, présidente de l’association des Parents habitants du Guirbaden (Bischheim), Eric Schultz, coordinateur du Réseau Education sans Frontières, et Jacqueline Martin, du Théâtre du Potimarron, venue faire part de l’expérience sud-africaine, se sont penchés sur la problématique de la citoyenneté à concevoir désormais à l’échelle de la planète ou à construire tout d’abord au plan local. La pertinence de la dernière solution a semblé l’emporter.

Programmation tous azimuts

Une solution dont la convivialité est l’un des ingrédients. Après un apéritif animé par Sylvain Piron et Roland Engel avec 170 convives et des nems, entrée chaude qui a donné des sueurs froides à ceux qui l’ont réalisée, le déjeuner a remporté un franc succès. Il en fut de même pour les spectacles de l’après-midi qui ont vu se succéder des bénévoles enthousiastes de tous âges et de toutes cultures.

Sur scène, en plus des sautillantes demoiselles des Griffons de Vendenheim, des athlètes de Capoeira Brasil, du numéro d’un duo magique issu de l’Association tchétchène d’Europe, des danses égyptiennes d’un atelier du centre multi-activités de la SNCF (CMA), on a pu voir -une première- le groupe folklorique de Hoenheim rajouter par ses danses une corde typiquement alsacienne à l’arc culturel de la fête.

Moments plaisants ou émouvants

Bien d’autres moments plaisants ou émouvants durant l’après-midi, avec les chansons turques de la petite chorale enfantine de l’ADERSCIS, le rap au féminin de Peric Dragana, 18 ans, puis celui de ses confrères du quartier des Ecrivains, la musique russe et tzigane du groupe Taïga, les contes africains des « Amis du Baté », ou la prestation de l’atelier vocal du CMA de la SNCF, « Les voix du rail ».

Avec leur reprise d’un tube de Yannick Noah, 18 gamins de 6 à 12 ans du centre social et familial Victor Hugo ont sans doute gagné la palme de la fraîcheur en distribuant des tulipes au public après s’être époumonés sur un refrain dans le vent : « Puisqu’il faut changer les choses, aux arbres, citoyens » !

Sophie Weber Édition du Lun 12 fév. 2007

Parmi les musiciens de toutes origines qui ont animé la fête, le groupe Taïga. (Photo DNA - Laurent Réa)

lundi 12 février 2007.
-

Parmi les musiciens de toutes origines qui ont animé la fête, le groupe Taïga. (Photo DNA - Laurent Réa)


Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 67-Bas Rhin / La revue de presse / Année 2007
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0