accueil RESF
DON au RESF

Les sans-papiers reviennent à la Bourse du Travail, en grève de la faim.

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 59/62-Nord / Pas de Calais > Divers ...
Contact

Lille : grève de la faim des sans papiers

Les sans-papiers reviennent à la Bourse du Travail, en grève de la faim.

article de la Voix du Nord du 260707

 

Comme lors d’un précédent mouvement en 2004, environ deux cents sans-papiers ont investi, hier après-midi, les jardins de la Bourse du travail. Ils annoncent qu’un grand nombre d’entre eux sont en grève de la faim et exigent_ la régularisation de tous.

Comme lors d'un précédent mouvement en 2004, environ deux cents sans-papiers ont investi, hier après-midi, les jardins de la Bourse du travail. Ils annoncent qu'un grand nombre d'entre eux sont en grève de la faim et exigent_ la régularisation de tous.

PAR ARNAUD DUFRESNE PHOTOS PATRICK DELECROIX

Karim a 32 ans. Il dit être en France depuis cinq ans, avec en poche un diplôme d'ingénieur d'Etat en génie mécanique, et est inscrit en mathématiques-informatique appliquées. Le 15 juin, il a participé à l'occupation du World Trade Center à Lille

" C'était quelques jours avant que je ne passe les examens de licence. J'avais fait un très bon parcours. mais j'ai fait partie des soixante interpellés. " Plus d'examen, donc, mais la garde à vue. " Alors j'ai décidé de faire la grève de la faim, depuis, j'ai perdu dix-huit à vingt kilos. "

Karim raconte son histoire dans les jardins de la Bourse du travail, que les sans-papiers viennent d'investir, hier vers 17 h. Malgré déjà " quarante et un jours de grève ", il martèle encore ses mots, exigeant d'être reconnu notamment par les médias. Les commentaires des journalistes sur la manifestation du CHR le 13 juillet l'ont beaucoup choqué - les sans-papiers se disant en grève de la faim avaient exigé d'être admis aux urgences de Salengro, mais sur 141 personnes vues par les médecins du Samu, aucune ne présentait de " signe clinique lié à une grève de la faim " (notre édition du 14 juillet).

Le préfet est responsable de ce qui se passe et des conséquences prochaines des grèves.

Karim exhibe donc ses dossiers médicaux et surtout le poids qu'il faisait à la mi-juin avant la grève (73 kilos), ainsi que ses bilans sanguins récents (il manque surtout de magnésium). " Depuis, je suis au thé et à l'eau sucrée, comme les autres. Parmi nous, on a des médecins, ingénieurs, mécaniciens ou maçons. En mai et juin, on était très impliqués dans la campagne électorale, avec des manifestations et occupations. Le 15, on a eu une intervention de police musclée, dont le but était de semer la panique parmi les sans-papiers, de les pousser à se disperser, à se replier sur eux-mêmes.

" Tout le mouvement est parti de là, renchérit M. (il désire garder l'anonymat), le porte-parole du groupe. Les grèves ont débuté dans les cellules des commissariats ou au centre de rétention. " Aujourd'hui les manifestants se sentent d'autant plus dans leur droit que " les tribunaux ont déclaré illégales toutes les interpellations, celles du 15 juin et les suivantes. On a gagné toutes les procédures judiciaires ". Accompagnés de différentes associations en soutien (dont la CGT), ils se disent prêts pour un véritable bras de fer. " Le préfet est directement responsable de ce qui se passe aujourd'hui et des conséquences prochaines des grèves. Certains sont déjà hospitalisés ou ont perdu 15 à 25 kilos. Nous poursuivons le mouvement, ici, jusqu'à ce que nous soyons tous régularisés. Le préfet doit revenir sur ses déclarations et réparer ses fautes, s'il veut la paix. "

Hier soir, autour de la Bourse du travail, les forces de l'ordre étaient particulièrement discrètes. À l'intérieur, le nouveau camp commençait à s'organiser, pour un mouvement de longue durée.

 

zoom

La préfecture examinerait le cas de 18 grévistes

Tandis que le CSP 59 annonce une rupture du dialogue, la préfecture affirme qu'une liste de 18 noms de grévistes de la faim en situation irrégulière lui aurait été remise samedi par le comité. Mardi, ils devaient présenter leur situation aux services préfectoraux. Les décisions de régularisation seront prises dans les jours qui suivront les entretiens individuels. Il y a une semaine, dans nos colonnes, le préfet avait expliqué que le. cas des grévistes de la faim serait examiné en priorité, sans promesse de régularisation.

vendredi 27 juillet 2007.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 59/62-Nord / Pas de Calais / Divers
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0