accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 59/62-Nord / Pas de Calais > Divers ...
Contact
GREVES DE LA FAIM LILLE

LES SANS-PAPIERS "CONDAMNES A CONTINUER"

VDN 280707
 
Au troisième jour, hier, de l’occupation des jardins de la Bourse du travail par les sanspapiers, la vie s’organise. Le nombre de tentes a pratiquement doublé, et la pluie s’en est mêlée.

Au troisième jour, hier, de l'occupation des jardins de la Bourse du travail par les sanspapiers, la vie s'organise. Le nombre de tentes a pratiquement doublé, et la pluie s'en est mêlée.

Tente numéro 70, hier aprèsmidi, dans les jardins de la Bourse du travail. Cinq hommes sont allongés sur des matelas gonflables. Certains sont en grève de la faim. D'autres sont des bénévoles venus les soutenir. Et tous attendent l'heureuse nouvelle qui leur permettra enfin de sortir : la régularisation globale. Mais pour l'instant, on en est loin. Alors la vie s'organise dans ce camp qui, en vingt-quatre heures, semble avoir doublé de volume. Avec une centaine de tentes collées les unes aux autres, pratiquement autant de grévistes de la faim, et, au total (avec les femmes, les enfants et les soutiens), environ trois cents personnes réunies. Chacun a sa place

toutes les toiles sont numérotées, avec le nom des occupants.

À la 70, ils sont cinq là où il y a de la place pour trois.

« On vient d'y passer notre deuxième nuit, explique l'un d'eux, ça va. On sort de temps en temps, aussi pour aider, on se raconte des histoires. » La deuxième soirée (jeudi soir) a été plus difficile : « Il a beaucoup plu, l'eau a coulé dans les tentes, c'était épouvantable, les bébés et les enfants pleuraient. C'est très difficile, ici, il faut que la préfecture en prenne conscience. » Ils reprochent à l'État de « ne pas avoir tenu ses engagements ».

Il a beaucoup plu, l'eau a coulé dans les tentes, c'était épouvantable, les bébés et les enfants pleuraient.

« On remplit

Et pourtant, tous nos dossiers sont en attente. on nous dit que ce n'est pas suffisant. Alors on n'a pas le choix, on doit continuer. » « Une personne qui s'hydrate normalement, prend du sucre et des compléments vitaminés peut tenir quatre à six semaines », dit un médecin. Après, les soucis médicaux pourraient se multiplier. Et se produire en pleine Braderie, si on se base sur l'ouverture du camp, mercredi. A. D.

PHOTOS PATRICK DELECROIX

Jusqu'à quand ? Plusieurs grévistes, pris de simples malaises, ont déjà été emmenés par les pompiers (puis sont revenus). Ces va-et-vient risquent de s'intensifier avec le temps. Certains disent avoir arrêté de s'alimenter depuis le 15 juin. D'autres semblent avoir débuté leur grève mercredi.

tous les critères demandés par la préfecture pour avoir des papiers. Des preuves d'intégration, du bénévolat, une promesse d'embauche, de la famille déjà française, une bonne maîtrise du français, etc.
dimanche 29 juillet 2007.

Faire connaître cet article

Partager  
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles