accueil RESF
DON au RESF

DNA / Strasbourg : Un père de famille russe en voie d'expulsion

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 67-Bas Rhin > La revue de presse > Année 2007
Contact
Medias - DNA - Dernières Nouvelles d

Strasbourg : Un père de famille russe en voie d'expulsion

 

Un homme de nationalité russe doit être expulsé mercredi. Laissant derrière lui sa femme et son fils de 4 ans. Réseau éducation sans frontière (RESF) dénonce cette situation et exige que la famille Babaev puisse au moins entamer une procédure de demande d’asile en France.

Le ressortissant russe venait juste de quitter les locaux du Collectif d'accueil des solliciteurs d'asile de Strasbourg (Casas), quand la police aux frontières (PAF) l'a interpellé, le 14 septembre (lire l'encadré). En situation irrégulière, l'homme a été placé au centre de rétention de Geispolsheim. Sa femme et son fils de 4 ans ont dû disparaître de la circulation et, depuis, vivent cachés de peur d'être à leur tour arrêtés.

Les Babaev ont quitté la Russie l'an dernier, car ils auraient été persécutés du fait des origines azéries du père. Ils sont d'abord arrivés en Finlande, où ils ont été placés en camp de rétention. « Ils vivaient dans des cabanes sans chauffage, et travaillaient sans être payés », relate Christophe Zander de RESF 67. Finalement, ils sont repartis pour l'Allemagne, le Danemark, puis la France où ils ont débarqué au mois de mai. Entre-temps, la demande d'asile formulée devant les autorités finlandaises - pays qui fait partie de l'espace Schengen - a été rejetée.

« Une méthode difficilement acceptable »


Une fois dans l'Hexagone, le petit garçon a été scolarisé, et ses parents ont commencé à préparer une nouvelle demande d'asile. Jusqu'à ce que le père soit placé au centre de rétention et que son expulsion pour la Finlande (premier pays de l'Union européenne qu'il avait rejoint) soit fixée pour le mercredi 26 septembre.

Avançant qu'il n'y avait aucune garantie que la Finlande ne l'expulse pas vers la Russie et que ce départ entraînait une séparation familiale (article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme), un recours a été déposé devant la Cour européenne des droits de l'homme. Il a été rejeté vendredi. « Pour l'instant, explique Christophe Zander, nous ne connaissons pas les motivations de cette décision. Il peut très bien s'agir d'un vice de forme. »

Quoiqu'il en soit, la date de l'expulsion approche, et pour tenter le tout pour le tout, la Cimade va encore essayer de déposer un recours se basant toujours sur l'article 8. Une pétition a également été lancée par RESF (*). « Espérer qu'en expulsant le père, la mère et le fils suivraient, c'est une méthode difficilement acceptable, lâche Christophe Zander. Et au-delà de l'unité familiale, il y a l'intérêt de l'enfant. Son parcours a été très heurté, il a changé de pays de nombreuses fois. En France, où il allait à l'école, il commençait tout juste à avoir une vie stable. »

Hél.M. Édition du Dim 23 sept. 2007

 
(*) http ://www.educationsansfrontieres.org/ ?article8392
dimanche 23 septembre 2007.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 67-Bas Rhin / La revue de presse / Année 2007
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0