accueil RESF
HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
ILS SONT SOUS NOTRE PROTECTION!
DON au RESF
Accueil > RESF - Collectifs locaux > 67-Bas Rhin > La revue de presse > Année 2007
Contact
Medias - DNA - Dernières Nouvelles d

Strasbourg : Pique-Nique Citoyen avec RESF

 
Près de 60 personnes ont participé au pique-nique citoyen organisé par RESF (*), hier, aux abords du Conseil de l’Europe.
Les deux grandes banderoles tendues ce lundi midi à proximité du Conseil de l'Europe annoncent la couleur. L'une, frappée du logo RESF, porte un de ses slogans : « Laissons les grandir ici ». L'autre, signée des prénoms de plusieurs enfants suivis par le Réseau bas-rhinois, figure une chaîne humaine.

« Les familles vivent un enfer »

A quelques pas, les militants de RESF, de la Cimade (**) ou de Casas (***) ont sorti tréteaux, boissons fraîches et tracts pour un pique-nique citoyen à la lisière du parc de l'Orangerie. « Nous sommes là notamment parce que le Conseil examine aujourd'hui [lundi, ndlr] un rapport invitant les Etats membres à régulariser les migrants en situation irrégulière (****) », précise Véronique Werver.

De nombreux élus socialistes et verts viennent saluer les militants. Des passants et des joggers s'arrêtent pour discuter ou jeter un coup d'oeil à l'expo photos que la Cimade a consacrée aux centres de rétention.

« Il faut témoigner. Les familles de sans-papiers vivent un enfer. Une petite fille s'est retrouvée récemment seule à la sortie de l'école : sa mère était à la maternité et son père venait d'être placé en garde-à-vue après un contrôle », rappelle Pascale Adam, directrice de Casas.

Le père a été libéré tant la situation semblait ubuesque. « La préfecture ne lui a pas donné de papiers pour autant. Certes, il a introduit un recours contre l'acte le visant, mais il est non suspensif. Cette famille est toujours menacée d'une reconduite », souligne Simone Fluhr. Et la membre de Casas de dénoncer « une politique appliquée de façon aveugle, sans discernement ».

« Avec les lois Sarkozy, la procédure va tellement vite que certaines personnes obtiennent le statut de réfugié -  par exemple devant la Commission de recours - après avoir été expulsées », pointe ainsi Mme Adam.

Le rapport voit dans la politique d'immigration française « l'illustration [dans l'UE] d'une stratégie d'expulsion agressive ».

Manuel Plantin

 


Hier, en bordure de l'Orangerie.
Le rapport du Conseil de l'Europe estime
que la majorité des 5,5 millions d'immigrés clandestins
vivant en Europe ne retournera pas dans son pays d'origine.
(Photo DNA - Laurent Réa)
 
(*) Réseau éducation sans frontières. (**) Service oecuménique d'entr'aide. (***) Collectif d'accueil pour les solliciteurs d'asile à Strasbourg. (****) Le rapport se trouve sur le site (http ://assembly.coe.int).Lire aussi en page 2 du premier cahier.
Édition du Mar 2 oct. 2007
mardi 2 octobre 2007.

Faire connaître cet article

Partager  
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles